L'Allemagne, adversaire des Bleus à l'Euro, est ambitieuse

Dennis Schröder, le 28 août dernier, martyrise la défense Slovène. (Adam Pretty/AFP)

Hôte de cet Euro, l'Allemagne, qui affronte les Bleus ce jeudi (20 h 30), est bien décidée à créer quelques surprises.

À l'heure de disputer son premier championnat d´Europe à domicile depuis 29 ans - date de son dernier triomphe continental - l'Allemagne est prête à en découdre avec les Bleus. Auteurs d´une préparation prometteuse conclue par une nette victoire contre la Slovénie (90-71) à l'Audi Dome de Munich dimanche dernier, les protégés du coach Gordon Herbert montent en puissance, eux qui se sont également imposés à Stockholm face à la Suède. Tous les internationaux se rejoignent sur un point avant de défier l'équipe de France : Il est temps d´arracher enfin un podium, le dernier remontant à 2005 en Serbie et au Monténégro, battus en finale par la Grèce à une époque où Dirk Nowitzki survolait les débats.

Dennis Schröder en leader
En 2022, la star numéro un du basket allemand n´est autre que Dennis Schröder. À 28 ans, le meneur de jeu des Houston Rockets qui joue en NBA depuis plus d'une décennie, a montré beaucoup d'assiduité et d´application ces dernières semaines et ce, malgré un pépin à une cheville qui a quelque peu ralenti sa préparation, avant d´enchaîner les séances de rab quasiment chaque jour.

Contre la Slovénie, il a régalé avec un total de 17 points et des dispositions athlétiques prometteuses. « Il est évident que des joueurs confirmés qui sont sous contrat en NBA apportent le plus grand bien à notre sélection, a expliqué le natif de Brunswick à l'issue d´une séance d'entraînement en public dans la bavaroise. Mais le plus important à mes yeux est de former un groupe uni avec une cohésion forte afin de répondre présent dans les moments clés. »

À ses côtés, Daniel Theis qui va prochainement rejoindre les Indiana Pacers, ainsi que les frères Moritz et Franz Wagner, particulièrement brillants dans les rangs des Orlando Magic la saison passée vont apporter leur fougue et leur allant à leur équipe nationale pour compenser les forfaits de Maximilian Kleber (Dallas Mavericks et qui a décidé de ne pas rejoindre l´Allemagne) et Isaac Bonga (blessé) qui vient de signer au Bayern Munich en provenance des Toronto Raptors.

Objectif podium
Quel objectif s'est fixé l'Allemagne pour ce championnat d'Europe ? « Je ne souhaite pas me projeter trop loin, a poursuivi Schröder. Nous avons des ambitions réalistes, à savoir dans un premier temps, atteindre les playoffs à Berlin. » Le son de cloche n'est pas le même lorsque la même question est posée quelques mètres plus loin à Gordon Herbert. « Notre but est de décrocher une médaille, au minimum », a lancé le sélectionneur de l'Allemagne.

Pour se donner les moyens de ses ambitions, le Canadien peut donc avant tout compter sur plusieurs joueurs de NBA censés donner un visage plus conquérant à sa formation. Pour cet Euro, mais également en vue des échéances futures, d'abord la Coupe du monde dans un an en Asie pour laquelle les Allemands doivent encore assurer une victoire lors de leurs quatre derniers matches dans les éliminatoires, puis les Jeux Olympiques de Paris dans un peu moins de deux ans.

Un plan sur trois ans
« J'ai établi un plan qui porte sur trois ans et au cours desquels nous voulons répondre aux attentes, a précisé Herbert. Pour aller au bout de nos objectifs, je vais miser sur un noyau dur en vue de ces trois compétitions majeures. Nous possédons à l'heure actuelle beaucoup de potentiel avec des jeunes talents, mais aussi et surtout des éléments qui aiment évoluer ensemble et qui, en cas de période plus délicate, sont capables de faire preuve d'un bel élan de solidarité. »

Un optimisme partagé par ses joueurs, parmi lesquels Franz Wagner : « Si je suis très confiant quant à nos chances, c´est parce que je remarque notre osmose au quotidien dans cette préparation. Si elle perdure, elle pourrait constituer notre principale qualité dans la quête d´un long parcours. » Devant son public, l'Allemagne est bien décidée à marquer les esprits et à mettre un terme à quasiment trois décennies sans le moindre titre, le dernier remontant à 1993 lors du dernier Euro organisé en... Allemagne.