L'Allemagne surclasse la Grèce de Giannis Antetokounmpo et rejoint les demi-finales

Giannis Antetokounmpo, enfermé par la défense allemande, devra attendre pour remporter une première médaille internationale. (A. Mounic/L'Équipe)

Devant 14 000 spectateurs à Berlin, l'Allemagne a mis fin aux rêves de médaille de Giannis Antetokounmpo avec la Grèce (107-94). Euphoriques en attaque, les coéquipiers de Dennis Schröder (26 points) retrouveront l'Espagne en demi-finales.

Quarante-huit heures après Nikola Jokic (Serbie), un autre double MVP de saison régulière NBA va quitter Berlin la tête basse, sans médaille à l'Eurobasket. Pièce maîtresse de l'armada grecque, Giannis Antetokounmpo est tombé avec ses coéquipiers contre l'Allemagne mardi soir à Berlin (107-94) malgré le soutien de plusieurs milliers de supporters hellènes. Apathiques en défense, les joueurs de Dimitris Itoudis ont subi toute la soirée les flèches longe distance d'un pays hôte euphorique.

Résolus à passer sous les écrans, les Grecs ont offert des boulevards aux shooteurs allemands qui ne se sont pas fait prier. En moins de 4 minutes, Wagner, Andreas Obst et Dennis Schröder avaient déjà planté 19 points ! Seul Giannis Antetokounmpo (31 points, 8 passes) a surnagé pour boucher l'écart en fin de premier quart-temps. Le « Greek Freak » a donné l'avantage à son pays pour la première fois, quelques minutes plus tard aux lancers francs (44-46, 16e). Et sur un tir miraculeux de Kostas Sloukas, du milieu de terrain et au buzzer, les Grecs sont rentrés en tête à la pause, la dynamique clairement de leur côté.

Antetokounmpo exclu en fin de match

Celle-ci a volé en éclats dans un troisième quart-temps cauchemar : huit minutes sans le moindre panier pendant que les poisons Schröder (26 points), Obst et Wagner (19 chacun) reprenaient leur série à longue distance (72-62, 25e). Et la nuit grecque a définitivement viré au cauchemar à cinq minutes du buzzer.

Sanctionné d'une première faute antisportive en première mi-temps - acte d'antijeu sur Johannes Thiemann - Antetokounmpo en a écopé d'une deuxième, synonyme d'expulsion. Une décision très sévère du trio d'officiel, et une énième polémique sur l'arbitrage dans un Euro disputé sans les arbitres d'Euroligue (exclus par la FIBA).

lire aussi

L'arbitrage de l'Euro suscite la controverse

17/30

Soit la réussite incroyable de l'Allemagne derrière la ligne à trois points. Les joueurs de Gordon Herbert terminent la rencontre avec 57 % de réussite dans l'exercice.

Rentré aux vestiaires, le « Greek Freak » n'a même pas eu le temps de voir Dennis Schröder crucifier pour de bon ses espoirs de première médaille internationale, encore et toujours au tir longue distance. L'Allemagne, elle, va retrouver un dernier carré européen, vendredi face à l'Espagne. Une première fois depuis 2005. Dirk Nowitzki, présent mardi soir à Berlin, menait alors la Mannschaft, médaillée d'argent après une défaite en finale contre... la Grèce.

lire aussi

Calendrier et résultats de l'Euro