"L'ancienne formule avait quelque chose de spécial" : la nouvelle version de la Coupe Davis ne convainc pas tous les joueurs, ni les supporters

franceinfo, Mathieu de Taillac

Cette fois, la Coupe Davis nouvelle version est arrivée. Depuis 118 ans, les finales avaient obligatoirement lieu dans le pays de l'un des deux participants, mais la nouvelle formule change tout. Désormais, une phase finale se joue dans un lieu unique, Madrid en l'occurrence, entre 18 équipes nationales de tennis qui s'affronteront en deux simples et un double en deux sets gagnants. Une semaine de compétition remplace donc quatre week-ends de matchs, dans l'année.

Mais alors que la compétition ouvre lundi 18 novembre, le pari de séduire le public avec cette nouvelle formule semble encore loin d'être gagné.

Cette nouvelle Coupe Davis, c’est une autre compétition.

Pierre-Hugues Herbert

à franceinfo

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

La cérémonie d'ouverture était déjà un mauvais présage. C'est devant des tribunes aux trois quarts vides que chaque équipe a défilé sur le court central. À l'intérieur des formations nationales, des réactions parfois très différentes. Chez les joueurs français par exemple, il y a les pour, comme Benoit Paire : "On est tous au même endroit, on va tous se tirer la bourre et c'est vrai que revoir tout le monde sur le même site, chacun dans le survêtement de son pays, c'est quelque chose de différent, quelque chose que j'apprécie", confie-t-il.

Pierre-Hugues Herbert, lui, est plus sceptique. "En tant que Français", il aimait "la Coupe Davis à domicile". (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

À lire aussi