Lando Norris explique ses douleurs par la longue pause sans F1

Fabien Gaillard
·2 min de lecture

a souffert de douleurs au dos et à la poitrine la semaine passée lors du GP de Styrie, et a dû prendre des antidouleurs pour disputer l'épreuve sans difficultés. De retour en Grande-Bretagne cette semaine, en prenant bien soin de rester dans sa bulle liée au protocole COVID-19, le Britannique a pu consulter des spécialistes et faire des examens complémentaires.

Selon lui, le problème a été identifié et traité, et il sera donc en meilleure forme ce week-end pour le Grand Prix de Hongrie. "Nous l'avons plus ou moins diagnostiqué", a-t-il répondu à une question de Motorsport.com sur le sujet. "Je me sens bien cette semaine, ce qui est très bien."

Lire aussi :

Norris : finish de folie et troisième place au championnat !

"Je suis rentré en Grande-Bretagne ces derniers jours, en restant dans ma bulle, pour aller voir des spécialistes, pour faire des scanners et ainsi de suite. Nous avons à peu près diagnostiqué quel était le problème. Et je me sens bien. Ce n'est pas quelque chose qui va complètement guérir du jour au lendemain, mais je vais bien mieux que le week-end dernier, donc c'est bien."

Invité à donner plus de détails, il a ensuite déclaré : "Ce sont juste des contusions liées au fait d'avoir été en dehors d'une F1 pendant aussi longtemps, et puis d'y revenir et de passer directement sur un week-end de course, de faire autant de tours et tout."

"Ce n'était pas quelque chose pour lequel je pouvais vraiment me préparer ou que je pouvais savoir avant d'avoir disputé ce premier week-end, en ayant évidemment quelques jours de repos entre-temps. Ça a touché mon corps quelques jours après et j'étais juste un peu contusionné."

Lire aussi :

Un accrochage des pilotes McLaren, une "attaque personnelle" pour Seidl

Norris a également expliqué qu'il avait dû faire modifier sa position de pilotage et celle de son volant suite au Grand Prix d'Autriche inaugural, après avoir constaté avant le début de saison que la forme de son corps avait changé durant le confinement. "De nouveau, en ayant été [loin de la F1] pendant aussi longtemps, nous avions fait le moulage du baquet et tout le reste avant même le retour, en Autriche."

"En ayant pris autant de muscle pendant le break, j'étais juste un peu en dehors [des clous]. [La forme de] mon corps était légèrement différente dans mon baquet, donc j'ai dû modifier le rembourrage et un peu ma position. Ça pouvait être une cause et entraîner [les douleurs]."