L'Arabie saoudite crée la sensation en renversant l'Argentine

La joie des joueurs de l'Arabie saoudite, tombeurs de l'Argentine. (N.Luttiau/L'Equipe)

Si elle a mené au score à la pause, l'Argentine a connu une terrible désillusion face à l'Arabie saoudite (1-2), ce mardi pour son entrée en lice dans cette Coupe du monde 2022.

Le match : 1-2

Ce fut dingue, improbable, et la Coupe du monde 2022 tient, sans aucun doute, l'un des plus grands exploits de l'épreuve. Qui aurait pu prédire à la mi-temps un tel scénario entre l'Argentine de Messi, forte d'une série de 36 matches sans défaite, et l'Arabie saoudite, 51e nation mondiale ? À ce moment-là, l'Albiceleste menait 1-0, une démonstration sud-américaine avait été évitée par le VAR, mais juste après, la sensation était gigantesque.

lire aussi : Le film du match

Portée par ses certitudes, l'Argentine avait parfaitement entamé son match, certes bien aidée par un penalty généreux. Sur un coup franc, Paredes était accroché dans la surface, le milieu en rajoutait et l'arbitre, appelé par le VAR, désignait le point de penalty. Messi transformait l'offrande d'un contre-pied parfait (10e) et une balade semblait s'annoncer douze minutes plus tard quand l'attaquant du PSG, lancé par Papu Gomez, trompait de nouveau Al-Owais (22e).

Mais ce fut le début de l'histoire. Le but a été refusé pour un hors-jeu infime, Lautaro Martinez s'est ensuite vu refuser deux autres buts pour la même raison après intervention du VAR (27e, 35e), dont l'un aussi très limite. Et voilà comment le score à la pause, au lieu d'être de 4-0, n'était que de 1-0. Un retournement de situation était pourtant difficilement envisageable tant les Saoudiens, naïfs derrière, baladés sur le terrain, étaient dominés. Et comme leur capitaine Al-Fraj, touché à un genou, devait sortir sur blessure (45e+4)...

Mais tout a basculé en l'espace de cinq minutes, au retour des vestiaires. Transfigurés, les joueurs d'Hervé Renard ont égalisé sur une frappe croisée parfaite de leur attaquant Al-Shehri (48e). Dans la foulée, Salem Al-Dawsari a fait se soulever les foules d'une merveille de frappe enroulée du droit que Martinez n'a pu qu'effleurer (53e). La suite ? L'Argentine a poussé, Al-Owais a brillé dans le but et l'Arabie saoudite a tenu son miracle après une fin de match marquée par la sortie sur civière d'Al-Sharani (90e+9).

Trente-deux ans après et le séisme vécu en Italie lors du match d'ouverture contre le Cameroun (0-1), l'Argentine a connu une nouvelle terrible claque pour son entrée en lice dans la compétition. À l'époque, cela ne l'avait pas empêché d'atteindre la finale (0-1 contre la RFA). Les plus superstitieux des supporters argentins se raccrocheront à ce précédent. Les autres seront, forcément, rongés par l'inquiétude.

lire aussi : Calendrier/résultats du Groupe C

Le joueur : Al-Owais, le rempart saoudienIl n'est pas connu en France, sa fiche wikipedia ne comporte d'ailleurs qu'une ligne sur son parcours en club. Mais Mohammed Al-Owais a 31 ans, il vient d'être sacré champion d'Arabie saoudite avec Al-Hilal, il compte 43 sélections et il a étalé sa classe dans cette rencontre. Précieux dans les airs, auteur de plusieurs arrêts déterminants, comme devant Messi (2e) et Tagliafico (63e), ou de sorties pleines d'autorité dans une fin de match étouffante, le gardien n'aura finalement cédé que sur un penalty. Depuis ce mardi, c'est sûr : Al-Owais, élément essentiel dans cet exploit gigantesque, s'est fait une renommée internationale.

Georges Quirino-Chaves : « C'est la douche froide pour l'Argentine »