L'AS Rome de José Mourinho remporte la première édition de la Ligue Europa Conférence

L'AS Rome de José Mourinho remporte la première édition de la Ligue Europa Conférence

L'AS Rome est entrée dans l'histoire en remportant mercredi la première édition de la Ligue Europa Conférence (C4), avec sa victoire contre le Feyenoord Rotterdam en finale (1-0) à Tirana (Albanie). Son entraîneur José Mourinho continue d'écrire sa légende en Coupes d'Europe.

Le match : 1-0

On ne le saura jamais, mais on aurait été curieux de voir à quel point l'ambiance, déjà ultra-chaude ce mercredi à Tirana, aurait pu être encore plus bouillant si l'OM avait pu guider ses supporters vers la finale de la première édition de la Ligue Europa Conférence. Eliminés par le Feyenoord Rotterdam en demi-finales (3-2, 0-0), les Marseillais ont vu leur bourreau néerlandais échouer en finale face à une AS Rome plus disciplinée, portée par ses fans très nombreux en Albanie, et surtout conditionnée par un homme qui connaît tout des Coupes d'Europe : José Mourinho.

lire aussi

Le film de AS Rome - Feyenoord Rotterdam

Hypersolide, réaliste, son équipe a maîtrisé la finale pour inscrire en premier son nom au palmarès de la C4 et renforcé la légende du technicien portugais sur la scène continentale. Privée de trophée depuis 2008 et sa victoire en Coupe d'Italie, l'AS Rome a décroché le premier sacre européen de son histoire (si on omet la Coupe des villes de foire en 1961), et le premier pour le football de clubs italien depuis la Ligue des champions remportée en 2010 par l'Inter Milan de... Mourinho.

Les Romains ont su respecter à la lettre le plan du Special One pour éteindre les Néerlandais, malgré la sortie précoce d'Henrikh Mkhitaryan (17e). Dans une première période assez fermée, ils ont fait la différence grâce à un enchaînement de Nicolo Zaniolo, sur une longue ouverture de Gianluca Mancini (32e, voir ci-dessous). Le technicien portugais, étrangement très froid, a immédiatement calmé son équipe, comme s'il savait que le plus dur allait venir.

4

José Mourinho est devenu le premier entraîneur de l'histoire à avoir remporté les quatre Coupes européennes : la C1 (avec Porto en 2004 et l'Inter Milan en 2010), la C2 (en tant qu'adjoint avec le Barça en 1997), la C3 (avec Porto en 2003 et Manchester United en 2017) et donc la C4 avec la Roma. Il a toujours gagné ses finales.

L'AS Rome a tenu bon, à défaut de faire le break

Effectivement, derrière, l'AS Rome a énormément souffert pour tenir son avantage. Le Feyenoord Rotterdam a appuyé très fort après la mi-temps. Et si Rui Patricio et ses poteaux ont été efficaces (voir ci-dessous), c'est tout un collectif qui a su s'unir pour faire bloc face à la pression néerlandaise, en se jetant parfois au dernier moment face aux assauts de Luis Sinisterra et ses partenaires.

Chris Smalling (59e) et Roger Ibanez (60e) ont notamment joué les sauveurs, tandis que le Français Jordan Veretout, sorti du banc, a raté le break d'une frappe puissante repoussée par Justin Bijlow (72e). Il a aussi failli être passeur décisif pour Lorenzo Pellegrini, lui aussi frustré par le gardien de Rotterdam (85e). Mais l'AS Rome, faute de se mettre à l'abri, a tenu bon, et Mourinho a pu enfin lâcher complétement sa joie contenu.

Le joueur : Zaniolo l'a bien mérité

Considéré très tôt comme l'un des futurs monstres du foot italien, Nicolo Zaniolo renaît enfin. Après avoir enchaîné deux grosses blessures, au genou droit en janvier 2020, puis au gauche en septembre 2020, le milieu offensif de 22 ans a retrouvé le fil de sa carrière au mois d'août, et a eu besoin de toute la saison pour retrouver ses sensations.

Ses efforts ont été récompensés ce mercredi, lorsqu'il a enchaîné un contrôle de la poitrine et une finition du bout du pied pour lancer la Roma à Tirana. Placé en soutien de Tammy Abraham, Zaniolo a énormément gêné le Feyernoord en se plaçant entre les lignes. Avec cinq buts cette saison en C4, dont son triplé en quart de finale retour contre Bodø/Glimt (4-0, le 14 avril), l'international italien a été un des hommes clés du sacre.

Le fait : Rui Patricio avait la baraka

Le gardien portugais de l'AS Rome a été décisif en début de seconde période, mais peut aussi dire merci à ses montants. Sur un corner, son poteau gauche l'a sauvé, avant qu'il ne sorte une parade sur une reprise de Guus Til (47e). L'ancien gardien de Wolverhampton a ensuite effectué une horizontale immense pour dévier sur son équerre une frappe tendue de Tyrell Malacia (50e).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles