L'Atlético de Madrid encore freiné par l'Espanyol Barcelone réduit à dix

Antoine Griezmann et l'Atlético de Madrid ont souffert face à l'Espanyol Barcelone. (Juan Medina/Reuters)

Face à l'Espanyol Barcelone réduit à dix après une demi-heure de jeu, l'Atlético de Griezmann a arraché le nul ce dimanche en fin de partie (1-1) grâce à Joao Félix.


Le match : 1-1

À l'issue d'une semaine qui aura vu l'Atlético de Madrid s'incliner samedi (2-3) en Liga après une fin de match folle sur la pelouse de Cadix, avant de se faire sortir de la scène européenne à Porto (1-2), les coéquipiers d'Antoine Griezmann (troisièmes et déjà distancés) comptaient sur la réception de l'Espanyol (15e avant cette 13e journée) pour redresser la tête.


lire aussi

Le film d'Atlético-Espanyol

Pendant une première demi-heure soporifique, l'Atlético en plein doute n'a jamais mis en danger Benjamin Lecomte dans le but de l'Espanyol, les défenseurs de Diego Simeone multipliant les passes stériles qui ne font progresser que la stat de possession de balle. Première émotion pour les supporters des Colchoneros : un contre mené par Alvaro Morata et stoppé irrégulièrement par Leandro Cabrera en position de dernier défenseur (28e). Carton rouge. À onze contre dix, l'Atlético ne se montrait pas beaucoup plus inspiré et ne cadrait pas un tir malgré quelques bonnes situations avant la pause saluée par les sifflets du Metropolitano.


lire aussi

Le classement de la Liga

En seconde période, l'entrée en jeu d'Angel Correa - 18e joueur à atteindre les 250 matches sous le maillot de l'Atlético en Liga - allait apporter enfin le danger sur le but d'un Lecomte très vigilant (57e). Mais sur un contre qu'il avait lui-même initié depuis son camp, le capitaine et ancien Lyonnais Sergi Darder trompait Jan Oblak sur une reprise de volée acrobatique après une remise de la tête de Joselu (62e). Les rentrées immédiates de Joao Félix et Axel Witsel n'ont pas semblé réveiller les Colchoneros sur le coup, mais bien lancé par un autre entrant Thomas Lemar, le Portugais égalisait en trompant Lecomte à son premier poteau d'un tir croisé puissant du gauche (78e). Le gardien français sera plus inspiré sur un tir du même Félix dans le temps additionnel conservant ce résultat inespéré.

Avec ce nul, les hommes de Diego Simeone, désormais à huit points du Real (avant le déplacement des champions en titre sur la pelouse du Rayo Vallecano lundi à 21 heures) et dix du Barça, voient leur place sur le podium de plus en plus menacée par le Betis Séville, Osasuna et la Real Sociedad. De son côté l'Espanyol glisse à la 16e place.


Le joueur : Griezmann à mi-temps

Deux semaines après son doublé sur la pelouse du Betis Séville (2-1), Antoine Griezmann - « On dirait le Griezmann d'avant » avait salué Simeone - a montré son envie en première période avec une frappe lointaine non cadrée (3e), un bel enchaînement - contrôle-crochet lobé sur Olivan - avant une frappe trop timide pour inquiéter Benjamin Lecomte (18e), une remise subtile pour Morata dans la surface (19e) ou un tacle rageur pour récupérer la balle en milieu de terrain (25e). Plus discret en seconde période, malgré une reprise non cadrée après un beau contrôle (69e). Remplacé par Thomas Lemar à la 73e minute.