Lauren Jackson (Australie) : « Je n'aurais pas pu imaginer une telle sortie »

Lauren Jackson a inscrit 30 points contre le Canada. (Reuters)

Les larmes aux yeux, Lauren Jackson (41 ans), héroïne du match pour le bronze mondial remporté samedi par l'Australie contre le Canada (95-65), a confirmé qu'elle arrêtait sa carrière internationale, reprise pour l'événement après six ans sans jouer.

« Vous raccrochez sur une médaille de bronze, et une performance individuelle incroyable...
Je n'aurais pas pu imaginer une telle sortie. J'ai d'abord dit à Sandy (Brondello, la sélectionneuse) merci de m'avoir sélectionnée. J'ai pu pratiquer le sport que j'aime, devant l'Australie, et dire au revoir ainsi. (Elle pleure) Je ne l'aurais jamais imaginé.

lire aussi


L'Australie domine le Canada et décroche le bronze

Racontez-nous les coulisses de ces 30 points inscrits face au Canada !
Je ne sais pas, je ne réfléchissais pas. Il y a eu beaucoup d'émotion avant le match. Je voulais gagner, être sur le podium. Gagner pour Sandy. C'était un effort collectif, les filles se sont battues sur toutes les possessions, on a provoqué des balles perdues importantes. Tout le monde a joué son rôle, c'était un beau tournoi.

Pouvez-vous revenir sur les sacrifices que votre retour à la compétition a demandés ?
C'était un combat mental. Au final, peu importe que j'aie joué pour mon club ou la sélection. Mon corps était en si mauvais état. J'ai eu un coach tellement important, proche, qui m'a aidé à traverser tout ça. J'ai eu des douleurs, des bobos, qui m'ont rappelé celles que j'ai eues quand j'avais arrêté. C'était un combat. Je suis passée par beaucoup d'émotion. Je pouvais me mettre à pleurer en un instant. C'étaient des montagnes russes, si je n'avais pas eu mes camarades et amis avec moi, ça ne se serait pas aussi bien passé.

Paris 2024, ce n'est que dans 22 mois, les Américaines Diana Taurasi et Sue Bird...
(Elle secoue la tête) Elles n'ont pas deux enfants en bas âge comme moi. Ce sont encore des bébés. J'ai fait de gros sacrifices, j'ai été loin d'eux. J'ai besoin d'eux, ils ont besoin de moi. C'est terminé. »