Laurey (Paris FC) après la victoire contre Valenciennes en Coupe : « Je ne suis pas jardinier »

Thierry Laurey, entraîneur du Paris FC. (Baptiste Paquot/L'Équipe)

Le Paris FC a obtenu son deuxième succès de la saison à la maison (3-1) et globalement dominé son adversaire valenciennois, ce vendredi en Coupe de France, après une égalisation sur un penalty très contesté et malgré une pelouse en piteux état.

Après une entame de match très difficile, et un penalty concédé pour une main de Loup Diwan Gueho dans sa surface (0-1, 16e), le Paris FC a retrouvé un peu de lumière pour l'emporter assez logiquement, ce vendredi soir face à Valenciennes (3-1) en 32es de finale de Coupe de France. C'est seulement la deuxième victoire de la saison à domicile pour le club francilien, qui évolue sur une pelouse indigne du haut niveau. « Je ne suis pas jardinier, déplorait Thierry Laurey, son entraîneur, mais j'ai presque honte d'accueillir une équipe pro sur ce terrain. Il y a du déchet dans notre jeu mais j'ai vu tomber un joueur de Valenciennes devant moi (à cause de la pelouse). »

Vainqueur en Championnat à Charléty (1-0, le 15 octobre), VA avait pourtant tout bien fait pendant les vingt premières minutes. Le club nordiste n'a pas su gérer sa frustration née d'une égalisation parisienne (1-1, 28e) sur un penalty contestable et contesté, la faute de Jonathan Buatu ayant visiblement été commise en dehors de la surface de réparation. « On a eu du mal à passer à autre chose, admettait Nicolas Rabuel, le coach hennuyer. Il faut avoir cette capacité mentale de gérer nos émotions. On n'a pas bien redémarré la deuxième période en prenant rapidement un deuxième but. On a été perforé plein axe alors qu'on était en surnombre et bien en place. Il faut maintenant préserver notre invincibilité à domicile mardi contre Annecy (en L2). »

Coté parisien, Mehdi Chahiri, servi un peu trop tranquillement par Paul Lasne (2-1, 49e), puis Morgan Guilavogui, d'une belle frappe croisée (3-1, 69e), ont éteint tout suspense. Thierry Laurey a pu procéder aux changements qu'il avait programmés. C'est la première fois que son équipe l'emporte après avoir été menée en 2022-2023. « Lorsque l'on perd à la maison, j'essaye de tout faire pour l'emporter à l'extérieur où l'on évolue sur de belles pelouses, expliquait le technicien parisien. On n'a pas toujours la concentration nécessaire à domicile. On se met peut-être un peu de pression sur les épaules. On a commis des erreurs que l'on ne commettait pas forcément à l'extérieur. Et on a pris trop de cartons rouges, six ou sept. On a même terminé une fois à neuf. On doit être beaucoup plus discipliné à ce niveau-là. »

lire aussi : Calendrier et résultats de la Coupe de France