• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'Australien Jai Hindley remporte le Giro devant l'Équatorien Richard Carapaz

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après avoir renversé le classement général samedi, l'Australien Jai Hindley (Bora-Hansgrohe) a remporté le Giro dimanche, la plus belle victoire de sa carrière. Le contre-la-montre final est revenu à l'Italien Matteo Sobrero (BikeExchange).

Jay Hindley n'a pas connu la même désillusion qu'il y a deux ans quand il avait dû lâcher son maillot rose acquis la veille à Sestrières, au profit du Britannique Tao Geoghegan Hart lors de l'ultime chrono dans les rues de Milan. Son coup de maître ce samedi dans la montée du Fedaia où il a réussi à écarter in-extremis le leader Richard Carapaz, lui avait offert une avance suffisante (1'25'' sur l'Équatorien) pour gérer son maillot rose jusqu'aux arènes de Vérone.

lire aussi

Le film de la dernière étape

Si la victoire de cette dernière étape est revenue au champion d'Italie de la spécialité, Matteo Sobrero de l'équipe BikeExchange, Hindley a réalisé une belle performance sur une discipline où il n'est pas spécialement le plus à l'aise, lui, le grimpeur, en terminant à la 15e place à seulement 6'' de Richard Carapaz (10e), soit le meilleur résultat de sa carrière face au chronomètre. Il est ainsi le premier australien à remporter le Tour d'Italie, le deuxième sur un grand Tour après Cadel Evans sur le Tour de France en 2011.

Jai Hindley, vainqueur du Giro.

« Je ne pensais pas à mes concurrents, j'ai d'abord cherché à garder mon rythme, et à conserver cet écart jusqu'à l'arrivée où j'ai tout donné. Je suis fier d'être le premier Australien à gagner le Giro. »

Sa patience durant ces trois semaines de course a payé samedi dans l'avant-dernière étape de montagne de ce Giro alors qu'il n'avait pas été désigné comme le leader unique de l'équipe allemande Bora-Hansgrohe au départ de Budapest, où l'Allemand Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe) et le Néerlandais Wilco Kelderman (Bora-Hansgrohe) avaient également leur carte à jouer pour le général.

lire aussi

Le classement général

Mais l'Australien a su s'imposer, tout d'abord dans la hiérarchie de son équipe, en s'imposant lors du premier rendez-vous en altitude au sommet du Blockhaus au terme de la première semaine de course, puis en restant à une poignée de secondes de Richard Carapaz au classement général, jusqu'à quatre kilomètres de l'arrivée l'étape de la Marmolada ce samedi au sommet du Passo Fedaia où il a profité d'une incroyable défaillance de l'Équatorien.

« C'est un sentiment incroyable, une si grande émotion aujourd'hui (dimanche) sur ce contre-la-montre, a-t-il avoué à l'arrivée à Vérone. Je me suis souvenu de celui de 2020, ça avait été très dur à vivre mais je me sentais bien cette fois. Je ne pensais pas à mes concurrents, j'ai d'abord cherché à garder mon rythme, et à conserver cet écart jusqu'à l'arrivée où j'ai tout donné. Je suis fier d'être le premier Australien à gagner le Giro. »

lire aussi

Toute l'actu du Giro

Le résumé de la 21e étape du Giro

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles