Lavillenie : "Porte-drapeau aux Jeux de Tokyo, ce serait une belle reconnaissance"

RMC Sport

Avant d’égaler la meilleure performance mondiale de l’année avec un saut à 5,80m pour son entrée en lice samedi au Star Perche de Bordeaux, Renaud Lavillenie s’est longuement confié à RMC Sport. Notamment sur les JO de Tokyo et la possibilité d’être le porte-drapeau de la délégation de l’équipe de France.

Renaud Lavillenie, êtes-vous candidat pour être porte-drapeau des Bleus aux Jeux olympiques de Tokyo ?

On ne fait pas acte de candidature parce qu’on est choisi par les athlètes. J’ai fait savoir que j’étais vraiment prêt à l’être si j’étais amené à être choisi. On sait que le palmarès olympique entre en jeu.  Et puis il y a le fait que c’est un moment super important. Dans un calendrier, cela doit être compatible avec la compétition. Ceux qui auront une compétition deux ou trois jours après ne vont peut-être pas forcément avoir la volonté de le faire pour préserver leur chance pour les JO. Moi j’ai la chance d’avoir la compétition dix jours après la cérémonie d’ouverture. J’ai déjà prévu d’être à Tokyo à cette période pour le stage de préparation. Il y a plein de choses qui s’alignent plutôt bien. Je suis déjà content de me dire que j’ai déjà un pas dans Tokyo. Ce serait aussi une belle reconnaissance. On verra si ça va dans mon sens d’ici quelques mois. Je n’ai pas de réticence à ce sujet.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Il y a quatre ans, vous étiez déjà l’athlète proposé par la Fédération française d’athlétisme mais c’est Teddy Riner qui avait été désigné porte-drapeau…

C’est un contexte particulier. Il y a quatre ans, Florent Manaudou, moi, Teddy, Tony Parker étaient dans la short list. On ne pouvait pas s’opposer à Teddy (il éclate de rire). C’est physiquement impossible déjà. Et puis il (...)

Lire la suite sur RMC Sport

À lire aussi