LDC - Manchester termine en tête, la Juve se qualifie, l’Atlético fait ses valises

LIGUE DES CHAMPIONS – Si les hommes de José Mourinho ont tenu leur rang malgré un service minimum, tout comme la Juventus qui s’est imposé en Grèce, les Madrilènes ont dû se contenter du nul contre Chelsea, synonyme d’élimination.

(AFP)

United a dû batailler

Les hommes de José Mourinho avaient-il déjà la tête au derby mancunien prévu ce week-end en Premier League ? On pourrait le croire. Contre le CSKA Moscou, les Red Devils ont fait le minimum, s’imposant 2-1 après avoir été mené à la pause suite à l’ouverture du score de Dzagoev. Heureusement, Man U a pu compter sur Paul Pogba pour se relancer. Auteur d’une ouverture magnifique pour Lukaku, il est à l’origine de l’égalisation anglaise peu après l’heure de jeu. Quelques minutes plus tard, Marcus Rashford s’est chargé de donner l’avantage aux locaux. Grâce à cette victoire, les Mancuniens se sont assurés de la tête du groupe A devant Bâle, alors que le CSKA est reversé en Ligue Europa.


Car le club suisse a décroché son ticket pour les 8es de finale de la Ligue des Champions. Bâle s’est imposé au Portugal, sur la pelouse du Benfica Lisbonne (2-0). Elyounoussi et Oberlin ont trouvé les chemins des filets, permettant ainsi au club helvétique de porter son bilan à quatre victoire en six rencontres. Un bilan reluisant qu’il n’avait jamais affiché auparavant. A l’inverse, Benfica quitte l’Europe la tête basse, avec zéro point au compteur.


Fin de parcours pour le Celtic et Anderlecht

Si de son côté, le Bayern n’a pas eu de difficulté à se défaire du PSG (3-1), Anderlecht s’est imposé par le plus score sur la pelouse du Celtic, sur un but contre son camp de Simunovic. Pas suffisant pour que les Belges décollent du fond du classement de la poule B et ne décroche sa qualification pour la Ligue Europa. Pour continuer son parcours européen, Anderlecht se devait de réaliser une grande performance. Face à un tel succès étriqué, il lui faut saluer la reversion du club écossais en C3.


Fin de parcours pour l’Atlético

Avant même le coup d’envoi, les chances des Colchoneros de poursuivre en C1 étaient minces. Ils devaient disposer de Chelsea, tout en espérant que l’AS Rome ne s’impose pas contre Qarabag. Mais le miracle n’a pas eu lieu. De la pelouse des Londoniens, la bande à Griezmann n’a pu ramener mieux qu’un match nul. Ils avaient pourtant fait le plus dur en ouvrant le score par Niguez au retour des vestiaires. Mais le but contre son camp de Savic a relancé les Blues… et réduit les espoirs de l’Atlético à néant. Les Madrilènes se consoleront avec la C3.


Dans l’autre match du groupe C, la victoire de l’AS Rome sur les Azerbaïdjanais de Qarabag aurait de toute façon scellé l’avenir des hommes de Diego Simeone. Car si les Italiens ont assuré le service minimum, ils ont tout de même fini par s’imposer grâce à un seul petit but, signé Diego Perotti en début de seconde période. Pas vraiment convaincants sur la pelouse, ils parviennent tout de même à voler la première place du groupe à Chelsea, à la faveur de la différence de buts particulières.


Le Barça et la Juventus répondent présents

Face à l’Olympiakos, la Juventus a dû composer sans certains de ses cadres. Mais même privée de Chiellini, Pjanic ou Buffon, la Vieille Dame n’a pas tremblé, assurant sa qualification pour les 8es de finale de la C1. Les Turinois ont logiquement pris le dessus sur les Grecs. Après une ouverture du score rapide signée Juan Cuadrado au quart d’heure de jeu, les joueurs de Massimiliano Allegri ont contrôlé la rencontre, bien aidés par un Szczesny déterminant dans les cages à la place de Buffon. Si en fin de match, Ben Nabouhane a bien cru pouvoir relancer le match pour le club grec. Mais sa tentative a trouvé le poteau. Peu après, Federico Bernardeschi s’est chargé de clore les débats en enfonçant le clou pour la Juventus, assurant ainsi la deuxième place du groupe D pour les Italiens.


Dans l’autre rencontre du groupe, le Barça a mis un peu de temps avant de rentrer dans son match. Face au Sporting, les Blaugranas ont fini par se réveiller et trouver la faille en seconde période. Car dans les quarante-cinq premières minutes, l’équipe bis de Valverde affichait la triste statistique d’un seul tir cadré. Heureusement, la tête de Paci Alcazer, puis Jérémie Mathieu, contre son camp, ont offert la victoire aux Catalans, qui finissent premiers de leur poule.


 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages