Les leçons tactiques des Verts de 1976

SO FOOT
So Foot

C'est une étape épouvantable pour le commun des sportifs, et ce soir-là, Robert Herbin ne sait pas comment contrôler sa rage. Une Boyards, des images au ralenti et du classique à s'en éclater le tympan : un festin de Sphinx. "Cette nuit, je n'étais pas le Sphinx, mais le Cerbère faisant corps avec une sorte de paravent qui tenait lieu de porte aux vestiaires de Split, en Yougoslavie", écrira-t-il quelques années plus tard. Dans ce vestiaire, ce que voit Herbin est le sommet de l'homme meurtri : des crânes fumant, une salle triste, des visages perdus. Et en plus, dehors, il pleut.

"En dressant l'écran noir de ses nuits blanches, Claude Nougaro ne pouvait pas savoir que durant des heures interminables, j'allais y projeter au ralenti les images de Split, rompant le scénario pour y inclure ou échafauder mille plans, engloutir la réalité, ou balayer l'erreur. Mais le score ne…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com


Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi