Le Dakar de plus en plus latino

Le plus célèbre rallye-raid ne se contentera sûrement pas de l'Argentine et du Chili à son menu 2012. Une Amérique latine passionnée le réclame, en premier lieu le Pérou et le Brésil. L'organisateur ASO a l'intention de répondre à cet appel.

Après trois années d'un succès populaire et commercial allant crescendo en Argentine et au Chili, le Dakar s'en ira vraisemblablement visiter d'autres pays latino-américains dès son édition 2012, profitant de sa renommée indéniable sur le continent. "Le pourcentage qu'il aille ailleurs est très fort", déclare sans ambages le patron de l'épreuve, Etienne Lavigne à l'AFP. "Le Dakar est désiré dans d'autres pays, au plus haut niveau d'Etats voisins de l'Argentine et du Chili. C'est une vraie satisfaction", poursuit-il. Les retombées économiques et en terme d'image ne seraient pas étrangères à cet engouement. Les autorités argentines évaluent à 178 millions de dollars (136 millions d'euros) les profits générés par la course en 2011. Le Dakar fait croître le tourisme. Et il investit directement dans l'économie locale. La région de Rio (de Janeiro, Brésil), le Paraguay et le Pérou ont dès lors contacté Amaury sport organisation (ASO), propriétaire de la course, pour évoquer leur candidature, indique Etienne Lavigne.

"On a réalisé des reconnaissances dans les trois pays. On a un coup d'avance en terme d'organisation et de planning. Maintenant, la question est de boucler les discussions ouvertes ces derniers mois et de valider le tracé", observe le patron du Dakar. Les rumeurs concernant le Pérou sont particulièrement étayées. Le journal national El comercio, dans son édition du 9 janvier, affirmait ainsi que trois étapes du rallye s'y dérouleront l'an prochain, d'après un accord qui aurait été signé le 3 janvier entre le gouvernement du président Alan Garcia et ASO. Le Dakar-2012 se conclurait même à Lima, pronostique le quotidien. Une annonce devrait être faite dans ce sens le 16 ou le 18 février à Paris, croit savoir El comercio.

La prochaine édition du rallye-raid durera "13 ou 14 jours", estime Etienne Lavigne, qui rêve d'un parcours Rio de Janeiro-Lima traversant le Brésil, le Paraguay, l'Argentine, le Chili et le Pérou qu'il compare, par sa forme, à "un grand sourire sud-américain".

"Réalisable"

Le Dakar réaliserait alors un "grand chelem", constate-t-il. "C'est compliqué, même si c'est très excitant. Ce sont des challenges en terme de montage, d'organisation, qui nous plaisent" et qui sont "réalisables", selon le patron de l'épreuve. A croire qu'un essoufflement gagnerait le plus grand rallye du monde si le Dakar restait dans ses frontières actuelles. "Faux", balaie le Français. "Ils nous ont accueillis en connaissant la philosophie de l'épreuve. On les a prévenus de notre démarche d'ouverture." Une ouverture dictée par la "curiosité", selon Etienne Lavigne, pour qui l'argument financier ne serait pas prépondérant. Quand bien même Argentine et Chili ont déboursé chacun 5 millions de dollars pour accueillir la course en 2011. Et que de nouveaux pays engendreraient nécessairement des ressources supplémentaires pour ASO.

D'autres pistes restent également envisagées. Un Dakar nord-américain, passant entre autres en Californie et dans le désert du Nevada, a été étudié, selon Etienne Lavigne. Mais la crise financière mondiale de ces dernières années le rend improbable. Le patron de l'épreuve indique aussi s'être rendu à Ryad pour discuter d'un Dakar saoudien. Autant de possibilités éloignant la course de ses origines. Le rallye-raid ne semble pas près de retourner en Afrique.

FANTASY LFP - Le Fantasy officiel de la Ligue 1 débarque sur Yahoo Sport - Jouez maintenant