Zidane et le Real au-dessus des étoiles

Yahoo Sport

LIGUE DES CHAMPIONS – Enorme. Grandiose. Historique. Les superlatifs manquent pour qualifier la 13e C1 du Real Madrid, la troisième d’affilée pour les hommes de Zidane. Liverpool a lutté, mais a été trahi par le sort et ses propres erreurs (3-1).

Et de 5 pour Sergio Ramos
Et de 5 pour Sergio Ramos

Et la finale fut à la hauteur de l’incroyable saison européenne. Car dans ce match de géants, il y a tout eu : la blessure précoce du Pharaon Salah, rapidement rejoint par Dani Carvajal (31e, 37e – VIDEO) ; la barre touchée par Isco (48e) ; une première erreur de Loris Karius pour offrir l’ouverture du score à Karim Benzema (1-0, 51e – VIDEO) ; l’égalisation express signée Sadio Mané, sur un service de la tête de Dejan Lovren (1-1, 55e – VIDEO) ; l’envolée majestueuse de Gareth Bale pour illuminer la nuit de Kiev et marquer l’histoire (2-1, 64e – VIDEO) ; le poteau de Mané (70e) la nouvelle erreur de Karius, aux gants glissants face à Bale, encore lui (3-1, 83e – VIDEO) ; et même l’irruption d’un streaker pour empêcher, peut-être, CR7 d’y aller de son but. Reste, au bout d’un match d’une intensité folle, un Real Madrid qui entre dans l’histoire avec un troisième titre européen de rang, une première depuis le Bayern Munich entre 1974 et 1976. Quoi d’autre ? Les records français de quatre C1 pour Raphaël Varane et Karim Benzema, tout les deux très, très importants ce soir. Et, évidemment, Zinedine Zidane qui devient le premier entraîneur à gagner trois Ligue des Champions d’affilée. Historique, tout simplement.

Le film du match


Le tournant du match : la blessure de Salah
Si cette finale fut incroyable, elle a aussi été entachée d’un triste fait de jeu. 25e minute : Sergio Ramos accroche Mohamed Salah par le bras, il évite le carton jaune mais l’Egyptien reste au sol. Touché à l’épaule, il va tenter de revenir sur le terrain avant de se rendre à l’évidence, en pleurs : il ne pourra pas continuer. Remplacé par Adam Lallana (31e), la sortie du fer de lance des Reds va déstabiliser une équipe parfaitement entrée dans la partie et constamment dangereuse jusque là. Le Real va réussir à tenir jusqu’à la mi-temps avant de profiter de la fébrilité d’un homme qui aura bien du mal à dormir ce soir…

L’homme du match : Loris Karius, apocalyptique
Pas de titre sans grand gardien ? Alors Liverpool ne pouvait pas gagner. Car le portier allemand a été le fossoyeur des espoirs anglais en offrant pas moins de deux buts à Benzema puis Bale. Rédhibitoire, et tellement dommage à la vue de la qualité de jeu déployé devant. Karius va devoir été très solide pour se relever. Et ses coéquipiers très solidaires pour l’y aider.


Le chiffre : 6
La liste s’allonge pour Jürgen Klopp. Cela fait désormais six défaites en sept finales majeur pour l’adepte du gegen pressing. Pourtant, ses équipes ont souvent tout pour déjouer les pronostics sur un match. Manque encore un petit quelque chose, apparemment.

Des nouvelles de Cristiano Ronaldo



____________________________________________________

Téléchargez l’App Yahoo Sport

À lire aussi