Leandro Paredes, le mal alpha

SO FOOT
·1 min de lecture

Ce mardi, il s'agissait de se battre contre l'irrationnel. D'empêcher le Bayern de se sentir pousser des ailes. Pas évident, dans une Ligue des champions où les renversements épiques font désormais office de banalité ces dernières années. Pour normaliser les scénarios des grandes soirées européennes, il existe une race de joueurs en voie d'extinction, mais pas encore tout à fait portée disparue. Celles des emmerdeurs. Des savateurs. Des petits dévergondés de la faute tactique. Bonheur : le PSG a dans ses rangs un type qui appartient à cette catégorie d'enquiquineurs. Un gars nommé Leandro Paredes, qui, face au Bayern, a habilement laissé cours à ses mauvais penchants.

L'empêcheur de tourner en rond


Avec lui, évidemment, c'est une chose positive. Son art est cadré. Maitrisé. Il n'est pas donné à tout le monde de savoir tripoter sadiquement les nerfs des adversaires. De sécher furtivement un vis à vis dans…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com