L’édito de Patrick Tambay : "Verstappen est un fou furieux"

Yahoo Sport

Comme après chaque course, notre consultant F1, Patrick Tambay, nous livre son analyse sans langue de bois. Après ce Grand Prix de Chine mouvementé, l’ancien pilote revient sur les destins contraires des pilotes Red Bull : de la performance de Ricciardo au danger Verstappen.

Après un dépassement osé, mais raté, sur Hamilton, Max Verstappen est rentré dans Vettel. Un pilotage que n’a pas apprécié Patrick Tambay. (Crédit Getty)
Après un dépassement osé, mais raté, sur Hamilton, Max Verstappen est rentré dans Vettel. Un pilotage que n’a pas apprécié Patrick Tambay. (Crédit Getty)

Le succès de Ricciardo
Grâce à la voiture de sécurité, la deuxième partie de course a été plus animée, plus sympathique à regarder pour les fans. Red Bull en a profité pour faire un bon choix stratégique, qui a ouvert toutes les fenêtres. Mais il fallait quand même aller la chercher cette victoire. Ce succès est une bonne chose pour l’ami Daniel Ricciardo, qui n’en revenait pas. Bien sûr, il espérait une victoire – ou plusieurs d’ailleurs – cette saison, mais certainement si tôt dans le calendrier.

Mais c’est vrai que bien souvent, il s’illustre dans des courses animées, où il part tirer un gros lot inattendu. Surtout, cette victoire vient de loin car il ne faut pas oublier qu’il est en pleine interrogation sur son avenir, avec une possible renégociation de contrat. S‘illustrer de la sorte alors que son avenir n’est pas encore joué est une excellente nouvelle. C’est peut-être aussi pour ça qu’il a semblé si heureux et ému au moment de l’hymne autrichien sur le podium. En revanche, quand on le dit chez Ferrari, je vous avoue que je suis un petit peu sceptique.

Le pilotage de Verstappen
Max Verstappen est un fou furieux. Un fou furieux ! Il avait déconnecté quelque chose au niveau de son cerveau, je ne vois que ça. La semaine dernière, on parlait de l’intelligence de course de Pierre Gasly. On a également déjà évoqué le pilotage intelligent de Fernando Alonso. Mais Verstappen… Il débranche complètement le mode raisonnement lorsqu’il est derrière le volant. Avec lui, c’est “Max attack” et c’est tout. Après la course, il a présenté ses excuses, c’est vrai. Mais en était-il vraiment convaincu ? J’en doute.

Gasly, de la lumière à l’ombre
Notre ami Pierre Gasly a goûté ce week-end à ce qu’est la Formule 1. Il avait eu du miel à Bahrein. Et là… A mon avis, Toro Rosso s’est trompée dans la stratégie. Le faire partir avec les gommes les plus dures de la gamme Pirelli, en espérant que cela allait tenir, n’était pas une bonne idée. C’est de la stratégie improvisée, ce n’est pas une stratégie réelle.

Pour notre consultant, Pierre Gasly est un pilote d’attaque, qui mérite mieux qu’une course à l’économie. (Crédit Getty)
Pour notre consultant, Pierre Gasly est un pilote d’attaque, qui mérite mieux qu’une course à l’économie. (Crédit Getty)

Ce pilote, il faut lui donner des pneumatiques tendres et l’envoyer au combat. Il ne faut pas le faire rouler avec une voiture trop lourde, en lui demandant d’économiser. Il faut lui offrir des pneus avec plus de potentiel. Car avec des pneus tendres, il se placera mieux sur la grille. Il débutera ses courses plus en avant de la grille, avec un environnement plus clair, au milieu de gars plus “sages” et expérimentés. Même s’il doit faire 3 arrêts pour changer de gommes – n’oublions pas que Schumacher gagnait ses courses comme ça -, il serait plus performant car il n’aurait pas à gérer ses pneus, à être sur la réserve. Il faut lui permettre d’être à la limite tout le temps. Car c’est dans ces moments-là qu’il est capable de briller.

Räikkönen sacrifié par Ferrari
Sacrifier Räikkönen au profit de Vettel, c’est la stratégie de Ferrari. On doit s’y soumettre. Il y a eu Barrichello, Irvine, Massa… Au sein de la Scuderia, ils ont compris depuis l’épisode “Villeneuve-Arnoux-Tambay” qu’il ne pouvait y avoir qu’un pilote titulaire dans l’équipe et que le second devait se mettre au service du premier. Sur la longueur de la saison, Vettel sera devant, c’est certain. Enfin, s’il n’y a pas de soucis de fiabilité ou d’accrochages, comme ce dimanche.

Une course référence pour Bottas ?
Valtteri Bottas, ou comme je le surnomme “Icrecream”, est sorti du rang ce week-end en Chine. Il a réalisé une course solide. Et il en avait besoin. C’était important pour lui, pour qu’il retrouve confiance, mais surtout pour que Mercedes retrouve confiance en lui. Depuis le début de saison, il est en retrait par rapport à Hamilton. Mais autrement, il réalise de belles performances. Il ne faut pas être trop dur.

Patrick Tambay


Que lire ensuite

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages