Lens-Lille : le derby qui déchante

·1 min de lecture

Même dans leurs rêves les plus fous, les supporters lensois n'auraient jamais imaginé qu'une mi-temps d'un derby dure quarante-cinq minutes. Trois quart d'heure, assis ou debout en tribunes, à attendre pour pouvoir entonner l'hymne composé par Pierre Bachelet avant le début du second round ? Non, c'est impensable. Qui plus est onze ans après le dernier derby Lens-Lille dans un Bollaert plein. Qui plus est quinze ans après le dernier succès des Sang et Or sur leurs rivaux lillois. Et pourtant. À la pause d'une rencontre engagée, mais sans plus pour une telle affiche, le climat de fête a laissé place au désordre et à l'incompréhension. Des défauts qui n'ont pas leur place dans l'idée qu'on se fait d'un derby du Nord pleinement réussi.

Des débordements inacceptables

Placé au bord du terrain, sur le plateau de Prime Vidéo, Thierry Henry n'a même pas le temps de décortiquer l'ultime occasion de…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles