« L'entraîneure m'étirait au point que je voulais mourir », un rapport accablant sur le harcèlement dans la gym australienne

J.L. avec AFP
·1 min de lecture

VIOLENCE - La fédération australienne de gymnastique, qui a commissionné cette enquête, a présenté ses excuses à tous les athlètes

Des corps tordus à l’excès pour les faire gagner en souplesse, des agressions sexuelles, des adolescentes humiliées car toujours trop grosses : en Australie, un rapport publié lundi dresse un état accablant de la pratique de la gymnastique ces dernières décennies.

« J’ai eu une bonne vie malgré la gymnastique, témoigne une ex-athlète de haut niveau sous condition d’anonymat, parmi la cinquantaine de personnes interrogées par la Commission australienne des droits humains pour ce rapport (AHRC). Mais j’ai dû faire face aux conséquences physiques et psychologiques [du sport]. Je souhaite sincèrement n’avoir jamais fait partie de l’élite de la gym. »

« Je pesais 22 kg à 11 ans et on m’a dit que j’étais grosse »

Les témoignages sont glaçants tout au long du rapport, qui dépeint la gym australienne sous son pire jour. « Le signalement et l’enquête sur les cas de maltraitance, de négligence envers des enfants, de mauvaise conduite, d’intimidation, de harcèlement et d’agression sexuels (…) ne sont pas mis en œuvre » dans la gym, déplore l’AHRC, qui pointe également les négligences médicales et des propos racistes et sexistes à l’encontre des gymnastes.(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Grèce : D’anciens gymnastes accusent leur entraîneur de l’époque de maltraitance
Pédocriminalité dans la gymnastique : Inculpé pour « abus sexuel », un ex-coach de la team USA s’est suicidé
JO 2021 : Se qualifier, « c’est mission impossible mais je vais tout faire pour y arriver », admet le Monégasque Kevin Crovetto