L'Euro 2020, à la folie !

·1 min de lecture

Beaucoup de choses ont changé depuis le 30 juin 2012. Et d'abord : Gianni Infantino n'était pas encore le président de la FIFA, et Michel Platini pensait encore pouvoir le devenir. Ces derniers, respectivement secrétaire général et président de l'UEFA, se présentaient ce jour-là, dans les travées d'un stade Olympique de Kiev où l'Espagne s'apprêtait 24 heures plus tard à rouler sur l'Italie en finale de l'Euro (4-0), avec les bras chargés d'innovations pour le monde de demain. En préambule, Infantino entamait la conférence de presse de clôture de la compétition par un petit compte-rendu des discussions du comité exécutif, portant notamment sur les modalités du passage du championnat d'Europe de 16 à 24 nations en phase finale. Puis, celui que l'on appelait encore à l'époque "le chauve de l'UEFA" passait le micro à son boss. Platoche a déjà le sourire en coin de celui qui prépare un coup fumant. "L'idée serait, en…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles