L'Euro, il faut payer pour voir

·1 min de lecture

Voici une exception française dont nous nous serions bien passés. Seulement 23 matchs sur les 51 du tournoi, soit 45%, se révéleront accessibles, en clair , au commun des mortels de France et de Navarre (et si on retire ceux des Bleus, sanctuarisés par la Loi, on tombe encore plus bas). Il serait facile de pointer du doigt une pente fatale qui conduirait à basculer toujours davantage la diffusion des rencontres, y compris donc internationales, dans l'escarcelle des chaînes à abonnement. Or, chez nos principaux voisins, les chiffres se révèlent sans pitié : en Allemagne, 80 % du tournoi demeure en libre accès, tandis qu'en Grande-Bretagne et en Espagne, la totalité de l'Euro sera à portée d'yeux du quidam et de sa progéniture.

Faute politique et commerciale


Peu importe finalement sur qui retombe la responsabilité d'une telle situation. D'abord naturellement des diffuseurs, qui continuent de penser leur…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles