Lewis Hamilton bientôt anobli par la reine Élisabeth ?

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

Depuis son premier titre mondial, le sujet de l'anoblissement de Lewis Hamilton est souvent revenu dans les débats outre-Manche, où l'honneur accordé a une grande valeur symbolique en plus de se traduire par la possibilité d'utiliser le prédicat "Sir" avant son nom complet, à l'image de Sir Jackie Stewart, fait chevalier après sa carrière. Le natif de Stevenage est déjà membre de l'Ordre de l'Empire britannique depuis son premier titre en 2008.

En même temps qu'il a accumulé succès et titres chez Mercedes, des figures plus ou moins nombreuses ont appelé de leur vœux qu'Hamilton soit anobli au regard de ses réalisations sportives et internationales. Dans ce débat, la question de sa résidence à Monaco mais également celles de son imposition optimisée et la remise en cause de ses mérites dans le cadre d'un sport mécanique où la performance de la monoplace est prépondérante ont souvent été brandies comme des contre-arguments.

Lire aussi :

Hamilton le bâtisseur : "Je comprends ce que Schumacher a fait"

Aujourd'hui, cependant, Lewis Hamilton est à la tête du palmarès le plus important de l'Histoire de l'une des disciplines majeures du sport mondial et cela semble avoir accéléré le processus auprès des autorités britanniques. Le journal The Sun rapporte ainsi que le pilote Mercedes devrait être fait chevalier dans le cadre des New Year Honours, à savoir l'attribution de titres et de récompenses au nom du souverain régnant à l'occasion de la nouvelle année.

Selon la publication britannique, citant des sources anonymes, toutes les questions autour des affaires liées à l'imposition de Hamilton sont "en ordre" et ses finances ont reçu le feu vert du comité gouvernemental chargé des Honneurs.

Après son titre, des appels ont été lancés de la part de Motorsport UK (la fédération britannique du sport auto) et par un groupe de parlementaires qui ont écrit une lettre au Premier ministre Boris Johnson pour intervenir en faveur de Hamilton. La famille royale avait même publié un tweet sur son compte officiel pour féliciter Hamilton après sa nouvelle couronne mondiale.

Lire aussi :

Le jour où McLaren a déchiré le contrat du prodige Hamilton

Interrogé sur le sujet à Istanbul, Hamilton s'était pour sa part montré réservé, estimant ne pas faire partie des gens qui, selon lui, méritent d'être honorés en ces temps difficiles. "Quand je pense à cet honneur, je pense à des gens comme mon grand-père qui a servi pendant la guerre. Je pense à Sir Captain Tom [Moore, 100 ans, qui a lancé une campagne de récolte de fonds record dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, ndlr] qui a été fait chevalier et a attendu cent ans pour cet incroyable honneur."

"Les gens qui dirigent des hôpitaux. Les infirmières et les médecins qui sauvent des vies pendant la période la plus difficile depuis longtemps. Je pense à ces héros méconnus et je ne me considère pas comme un héros méconnu. Je n'ai sauvé personne. C'est un honneur incroyable qu'un petit groupe de personnes leur a fait."

"Tout ce que je peux dire, c'est que je suis très, très fier de me tenir [sur le podium] et d'entendre l'hymne national. Je suis un Britannique très fier et, comme je l'ai déjà dit, c'est vraiment le moment le plus spécial que j'ai vécu... d'être là-haut pour représenter une nation."