LFP - Ligue 2 : Sadran règle ses comptes avec Le Graët

Goal.com

La LFP a décidé que la Ligue 2 se jouerait à 22 la saison prochaine. Une décision qui doit encore être validée par la FFF, et qui va créer une nouvelle fois des tensions entre les deux organes du football français. L'Equipe a recueilli un enregistrement de cette réunion au moment du vote mettant notamment aux prises Olivier Sadran, le président de Toulouse, et Noël Le Graët, président de la FFF. Le président de Toulouse ne comprenant pas que la Ligue 1 ne puisse pas se jouer à 22, et ainsi éviter les deux descentes, alors que la Ligue 2 pourrait y être autorisée.

OFFICIEL - La Ligue 2 passe à 22 clubs

"Didier Quillot, juste une question à l'intention de Noël Le Graët. Président, maintenant que le vote est fait et que vous êtes garant des institutions, comment comptez-vous justifier l'équité sportive entre deux championnats qui représentent le même sport, joué dans la même période, et avec des conclusions différentes ? Quelle est votre explication sur le sujet", avance Olivier Sadran, avant une courte réponse de Noël Le Graët. "Excusez-moi, reposez votre question !", a sobrement émis le président de la FFF selon L'Equipe.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Il y a deux règles différentes"

Noel Le graet
Noel Le graet

Le président de Toulouse déterminé à faire passer son message est reparti à l'assaut : "Maintenant que le vote est fait, je voudrais savoir quelle était votre position en tant que garant des institutions sur la notion d'équité sportive, de deux championnats qui se jouent au même moment, qui ont été arrêtés au même moment pour les mêmes raisons avec des conclusions différentes... Comment préservez-vous l'équité sportive et quelle est la position du garant des institutions ?"

Toulouse, Sadran : "La fin de saison en Ligue 1 ? Le foot sort gagnant"

Ce à quoi Noël Le Graët a répondu, en bottant un peu en touche, tout en faisant comprendre que le passage à 22 en Ligue 2 n'est pas encore totalement officiel : "Le Comex est le garant des institutions. Il analysera ce vote avec précision. Jusqu'à présent, je crois que la FFF a tenu son rôle, elle fera en sorte effectivement de le faire. Ma position reste ferme. L'institution fédérale doit donner une image solide même si elle ne peut pas faire plaisir à tout le monde".

Olivier Sadran a finalement eu le dernier mot de cet échange : "J'entends, je souhaite que ce soit noté au procès verbal et je note donc qu'il y a deux règles différentes pour le même jeu. Et pour la même période. Didier, je souhaite que ce soit noté au PV (procès verbal) s'il te plaît". Le président de Toulouse ne cède pas d'un pouce et continue de défendre ses intérêts afin de permettre à son club de rester en Ligue 1 la saison prochaine avec cette tentative de piège à l'encontre de Noël Le Graët. Une chose est sûre, le président de la FFF ne se laissera pas avoir si facilement.

À lire aussi