L'humeur du jour - L'humeur du jour : Rien à perdre

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Retrouvez l'humeur du jour, en ce mardi 30 mars 2021, signée de notre journaliste Pierre Prugneau.

S'il y a un bien un avantage au confinement, au couvre-feu et autres mesures de freinage, c'est cette sensation d'être un hors-la-loi au moins une fois par jour. Partir à 13 km, rentrer à 19h20 et j'en passe : je suis ce qu'on appelle communément un punk. Un matin, je me suis même baladé dans un parc sans masque, pour vous situer l'intrépidité du gars. Ce n'est pas donné à tout le monde, et je n'incite personne à prendre ce genre de risques inconsidérés, mais cette vie de tête brûlée permet de connaître le frisson, y compris durant les fenêtres internationales. Il n'est pourtant pas vraiment question de dauber sur la bande à Deschamps. Pas cette fois, disons. Enfin, pas trop. Déjà parce que le poids d'une victoire en Coupe du monde vaut peut-être dix ans d'ennui, en tout cas, l'argument s'entend. Ensuite, car le calendrier et les conditions actuelles ne facilitent pas une expression collective chatoyante - encore que, on a vu la victoire de l'Allemagne en Roumanie (1-0). Mais, surtout, je jouais à la pétanque au coup d'envoi du match Kazakhstan-France, et il serait malhonnête de ma part de raconter qu'il était tristounet. Les autres s'en sont chargés pour moi.

Peut-être le savais-je d'avance et c'est pourquoi j'en ai profité pour m'aérer. Je suis un passionné théorique de l'équipe de France, mais elle ne peut plus être une propriété quand se présente une opportunité de sociabilisation. Alors que j'éteindrai mon téléphone pour suivre le Villefranche-Red Star de ce soir et que j'ai d'ores et déjà posé une RTT vendredi afin d'organiser mon planning télé du lendemain et ne rien manquer de l'enchaînement Monaco-Metz, Paris-Lille et Lens-Lyon. C'est beaucoup d'organisation pour un soi-disant Maverick, me direz-vous. C'est vrai que j'ai une réputation à tenir désormais. Bon, très bien, puisque c'est comme ça, vous allez voir ce que vous allez voir : demain, je me fais Bosnie-France ! En espérant que ce ne soit pas la connerie de trop.