L'Hypercar évolue pour converger vers le LMDh

Basile Davoine
motorsport.com

Suite à la présentation du futur LMDh qui a eu lieu la semaine dernière, la FIA a complété les annonces en modifiant la réglementation Le Mans Hypercar afin de sceller la convergence entre les deux plateformes. Ainsi LMH et LMDh seront réunis avec des performances similaires au sein d'une même catégorie, vouée à être la plus élevée dans la pyramide de l'Endurance. 

Lire aussi :

Sécurité : la FIA dévoile un arsenal de futures mesures

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Les amendements proposés ce lundi par la Commission Endurance de la FIA devront être ratifiés par le prochain Conseil Mondial, ce qui devrait s'avérer une formalité. Ils modifient le règlement Le Mans Hypercar afin que celui-ci dispose de caractéristiques communes avec le LMDh, à savoir un poids minimum de 1030 kg pour les autos (contre 1100 kg auparavant pour le LMH), une puissance maximum de 500 kW (contre 585 Kw auparavant) et des performances aérodynamiques revues. 

"Le futur de l'Endurance se construit activement", se félicite Pierre Fillon, président de l'Automobile Club de l'Ouest. "La convergence ACO-IMSA, permettant aux concurrents de la catégorie reine de pouvoir courir en FIA WEC et en IMSA WeatherTech SportsCar Championship est désormais concrète et complète. En effet, LMDh et Le Mans Hypercar sont désormais régis par des règlements convergents pour des performances similaires. Les équipes techniques de la FIA et de l'ACO ont travaillé sur une adaptation du règlement LMH, accueillie positivement par les constructeurs. Cette annonce est une nouvelle preuve de cette collaboration constructive, cruciale pour notre discipline." 

Parmi les projets déjà initiés, Toyota est engagé de longue date dans la conception d'un prototype répondant à la réglementation Le Mans Hypercar, tandis que Peugeot se réserve encore la possibilité de choisir entre LMH et LMDh. Dans la foulée de l'annonce des éléments techniques du futur LMDh, Porsche a officiellement manifesté son intérêt

"Avec ces deux plateformes pouvant évoluer dans la future catégorie reine du Championnat du monde d'Endurance de la FIA, cela autorise plus de diversité dans les approches techniques et devrait intéresser encore plus de concurrents", souligne Richard Mille, président de la Commission Endurance. "C'est une voie que toutes les parties impliquées  – les constructeurs engagés dans la catégorie Le Mans Hypercar, la FIA et l'ACO – avaient pour objectif depuis le début. C'est une étape importante pour le futur de l'Endurance."

À lire aussi