Liège-Bastogne-Liège : Tadej Pogacar, un nouveau cannibale ?

Adrien Hemard
·1 min de lecture

Depuis toujours, nos modestes vies de mortels sont jalonnées de questions sans réponses. Existent-ils d’autres civilisations dans l’univers ? Que se passe-t-il dans le triangle des Bermudes ? Qui a vraiment inventé les frites ? Depuis ce dimanche 25 avril 2021, une autre vient de s’ajouter à cette liste : où s’arrêtera Tadej Pogacar ?

À 22 ans, le vainqueur du dernier Tour de France s’est offert son premier des 5 Monuments du cyclisme (avec Paris-Roubaix, le Tour des Flandres, Milan - San Remo et le Tour de Lombardie) en remportant Liège-Bastogne-Liège. Une prouesse et surtout une rareté. Dans le cyclisme moderne, voir un prétendant au maillot jaune briller et gagner des classiques de printemps n'est pas commun. Le début d’une nouvelle ère de cannibalisme dans le cyclisme ?

Un profil devenu rare

Évidemment, utiliser ce terme n’a rien de neutre dans le monde de la pédale, où cannibale rime avec Eddy Merckx, légende absolue. D’ailleurs, si l’on s’attendait à parler du Belge ce dimanche, c’était plus pour Alejandro Valverde, quadruple vainqueur de la Doyenne qui, en cas de cinquième victoire, aurait égalé "l’Ogre de Tervueren".

Mais finalement, c’est Tadej Pogacar qui se place peut-être dans le lourd costume d’héritier...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi