Liga - L'Atlético résiste au Real grâce à Griezmann

Pas de vainqueur dans le derby de Madrid, au Santiago-Bernabeu (1-1). Griezmann a répondu à Pepe à cinq minutes du terme.

Griezmann, 150e

Des grands matchs, de l’enjeu et du soleil : chaque année, le football nous gâte au printemps. Ce samedi après-midi, le derby de Madrid promettait monts et merveilles entre un Real lancé dans une course effrénée pour le titre et un Atlético sur une série de cinq victoires de rang. Après une minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat de Stockholm, les 22 acteurs sont prêts dans le théâtre du Santiago-Bernabeu. Mais leur jeu est d’abord décevant. Sans tomber dans le navet, le spectacle proposé pendant 45 minutes manque de relief, hormis quelques coups d’éclats, souvent venus du Real. Et quand Oblak ne s’interpose pas devant Ronaldo ou Benzema, Savic prend le relais avec un énorme sauvetage sur une frappe du Portugais (30e). De l’autre côté, il faut une frappe lointaine de Griezmann pour exister offensivement (39e). Insuffisant.


Au retour des vestiaires, Pepe fait croire à des jours meilleurs. Buteur de la tête sur un coup-franc de Kroos, qui signe au passage sa 11e passe décisive en Liga (1-0, 52e), l’autre Portugais du Real pourrait débloquer un match fermé. Ce sera à moitié le cas, alors que le buteur, touché aux côtes dans un choc avec son passeur, doit laisser sa place à Nacho (66e). Torres perd son duel face à Keylor Navas (60e) et le Real peut contrôler tranquillement les débats grâce à sa maîtrise technique. Suffisant ? Non, car l’Atlético est emmené par un Griezmann en chaleur, qui égalise en une touche pour son 15e but en Liga cette saison (1-1, 85e). Avec ce résultat, le Real pourrait voir le Barca revenir à égalité en cas de victoire à Malaga (mais toujours avec un match en retard à jouer pour les Merengues, à Vigo), tandis que l’Atlético est assuré de conserver sa place sur le podium à l’issue de cette 31e journée.


Le match dans le match : Benzema / Griezmann
Le duel entre les deux meilleurs attaquants français était attendu. Et il y a eu lieu, avec deux joueurs très présents sur le terrain. Griezmann a été décisif avec son but de renard des surfaces, à une touche de balle, et il s’est par ailleurs démené pour rendre son Atlético dangereux, longtemps sans succès. De l’autre côté, Benzema a été le meilleur joueur offensif de son équipe, fluidifiant ses offensives et combinant bien avec Ronaldo, mais il est tombé sur un excellent Oblak. Et l’on se dit que, quand même, ce serait sympa de voir les deux attaquants associés sous le maillot bleu…


Les chiffres : 150
Il y a pire endroit pour fêter un anniversaire. Au Santiago-Bernabeu, Antoine Griezmann a célébré son 150e match sous le maillot des Colchoneros. Une partition qui ne restera pas dans les annales par son contenu, mais tout de même ponctuée d’un but décisif, son 25e de la saison toutes compétitions confondues, le 80e avec l’Atlético depuis son arrivée en 2014. Maintenant, reste à remplir l’armoire à trophées, pour rendre encore plus fière Mia, sa petite fille.


____________________________________________________

Téléchargez l’App Yahoo Sport

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages