Ligue 1 - Le PSG craque à Nice

Battu 3-1 à Nice dimanche soir en clôture de la 35e journée de L1, le PSG a très fortement compromis ses chances de remporter le titre de champion de France. Très nerveux, les Parisiens ont terminé la partie à neuf.

A l’image de Cavani, le PSG a perdu ses nerfs dimanche à Nice…

 

A moins d’un miracle, le PSG ne sera pas champion de France pour la 5e fois d’affilée. En s’inclinant lourdement à Nice dimanche, au terme d’une soirée cauchemardesque, les Parisiens ont offert un boulevard à Monaco. A trois journées de la fin, la bande à Mbappé possède désormais 3 points d’avance et un match en retard à disputer (face aux Verts). Grâce à ce succès, les Aiglons reviennent quant à eux à 3 points du PSG et n’ont pas dit leur dernier mot pour la place de dauphin.


Avant d’encaisser un superbe but signé Balotelli (enroulé du gauche imparable à l’entrée de la surface, 26e) et un véritable bijou du gauche de Ricardo Perreira (48e), les hommes d’Emery avaient pourtant fait bonne figure, dominant de la tête et des épaules le premier quart d’heure. Mais au fil des minutes, les nerfs parisiens ont progressivement lâché. Cavani flirta à deux reprises avec le carton rouge pour une bousculade avec Baysse (29e) puis un mauvais geste sur Favre (59e). Mais c’est finalement Thiago Motta (coup de boule sur Baysse à la 90e) et Di Maria (tacle à retardement sur Souquet à la 94e) qui quittèrent leurs coéquipiers avant la fin du temps réglementaire.

Au milieu de ce naufrage, la réduction du score de Marquinhos sur corner à la 64e minute, puis le but du KO de Donis à la 92e minute resteront anecdotiques. Collectivement, Nice était plus fort, plus solide et plus solidaire que le PSG, qui n’avait encore jamais perdu en L1 en 2017.


 

Le chiffre : 8
Toujours invaincu cette saison à l’Allianz Riviera, Nice a mis fin à 8 succès de rang parisien à l’extérieur en L1. Depuis son crash au Camp Nou, le PSG restait sur 9 succès de rang toutes compétitions confondues.


Les tops et les flops
Flop total pour le PSG à côté de ses pompes. Le pire parisien a probablement été Aurier, et le moins pire Matuidi. De son côté, Nice a prouvé que ce n’était pas un hasard si elle était l’équipe de L1 qui avait le moins perdu cette saison (2 matches). Dirigée par un Cardinale des grands soirs et un Baysse impérial, la défense des Aiglons n’a rien lâché. Au milieu, Koziello et Seri ont régalé. Deux joueurs ont été au dessus du lot : le virevoltant Ricardo Pereira a rendu fou les Parisiens. Buteur pour la 14e fois (record égalé avec sa saison 2013-2014 à l’AC Milan), Balotelli a les a quant à lui fait disjoncter.


 


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages