Ligue 1: Michy dénonce des comportements indécents des dirigeants du foot français

RMC Sport

Le football français s'est offert un début de crise en pleine épidémie du coronavirus. La constitution d'un comité de pilotage avec les présidents de du PSG, l'OM, l'OL et Saint-Etienne (Caïazzo étant le président de Premier Ligue), Noël Le Graët (FFF), Didier Quillot (directeur général de la LFP) et Claude Michy (président de l'UCPF) a provoqué la colère des autres clubs oubliés.

Mais aussi de Nathalie Boy De La Tour, présidente de la LFP, absente de cette "sélection" constituée pour mener un plan d'action pour la reprise des championnats à l'issue de l'épidémie de Covid-19. Cette dernière a repris la main en mettant fin au comité de pilotage. 

"Ils ont voulu créer un comité de pilotage parallèle"

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Claude Michy, lui, a finalement refusé de participer à ce comité de pilotage. Dans une interview à La Montagne, il a expliqué les raisons de son choix. "Lors d’une conférence téléphonique collective à laquelle participaient tous les clubs de L1 et L2 ainsi que les dirigeants de la LFP, il avait été convenu de créer un comité avec constitution de groupes de travail sur le social, les hypothèses de reprise et la trésorerie, explique-t-il. Mais Bernard Caïazzo avec d’autres ont voulu créer un comité de pilotage parallèle. Au final, on se retrouvait avec les trois grands clubs de L1, le PSG, Marseille et Lyon ainsi que Saint-Etienne et moi même au titre de l’UCPF. (...) J’ai donc décidé de ne pas participer à ce comité...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi