Ligue 1 - Promis, cette fois, le PSG a changé

La victoire sur Evian (4-0) est celle d’un collectif et d’une solidarité retrouvés pour les joueurs du PSG et Carlo Ancelotti. La remise en question a payé.

Séduisant face au FC Porto mardi, le PSG revenait aux affaires domestiques contre Evian TG. Après sa troisième défaite de la saison à Nice (2-1), il n’était plus question de laisser des points en route. Surtout face au 17e de Ligue 1. Les Parisiens l’ont fait (4-0) grâce notamment à une excellente première période. "Peut-être une de nos meilleures", lance Christophe Jallet, heureux d’avoir pu enchaîner après le succès en Ligue des champions. "On a mis de l’intensité car on voulait rester sur la lancée de notre prestation contre Porto (2-1), ajoute-t-il. En seconde période, c'était un peu plus inconstant mais on a réussi à alourdir le score et à rendre le match agréable. C'est une bonne performance pour se remettre sur les rails."

Ce succès convaincant est le fruit d’une solidarité retrouvée à en croire les joueurs. Comme si, en quelques jours, le PSG était parvenu à se forger un collectif, aspect décrié jusqu’alors. "La mentalité a beaucoup changé, reconnait Javier Pastore, par ailleurs très à l’aise une fois de plus. Aujourd'hui, quand on perd le ballon, tout le monde court pour le récupérer, et plus seulement deux joueurs. Chacun devait changer sa mentalité pour construire un groupe solide." "On peut trouver l'équilibre quand tous les joueurs jouent ensemble, confirme Carlo Ancelotti. Les attaquants ont travaillé défensivement, c'était la clef du match. Avec quatre attaquants, s'ils ne travaillent pas défensivement, c'est difficile."

Jallet : "Porto a été un déclic"

Comme face à Porto, le PSG a évolué en 4-4-2 avec deux milieux excentrés (Pastore, Lavezzi) et deux récupérateurs (Motta qui effectuait son retour et Chantôme). Le changement qu’il fallait pour obtenir plus d’équilibre dans le jeu? Pas forcément selon l’entraîneur italien qui préfère se  focaliser sur les hommes. "Ce n'est pas un problème de système mais d'attitude des joueurs. Nous avons joué ensemble et c'était plus facile. Du beau jeu, une bonne attitude, un jeu d'attaque. Tout allait bien aujourd'hui." "Le collectif se peaufine petit à petit, renchérit Jallet. Tout le monde a fait des efforts les uns pour les autres, il n'y a pas eu de trous devant, au milieu ou derrière.  On a pris conscience de nos capacités. Porto a été un déclic."

Le déclic auquel Jallet fait référence a-t-il eu lieu pendant ou après le match? Le Parisien évoquait vendredi une rencontre au restaurant entre les joueurs afin d’aplanir les différends, notamment cette pseudo scission entre les "Italiens" et les autres. "Etre ensemble, essayer de manger ensemble après l'entraînement le plus souvent possible, je pense que ça va dans le bon sens, a reconnu Pastore samedi dans les entrailles du Parc. Ce sont des détails qui font la différence". Nene pourrait bien ne pas en voir les résultats, lui qui a été écarté du groupe en raison de sa conduite. "S'il montre une bonne attitude, il reviendra dans le groupe", a avoué Ancelotti. Un groupe où la carte de l’individualité n’a visiblement plus sa place.

Lire aussi
FANTASY LFP - Le Fantasy officiel de la Ligue 1 débarque sur Yahoo Sport - Jouez maintenant

Les plus vus