• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ligue 1 : vainqueur à Brest, Strasbourg peut remercier Gameiro

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Strasbourg s'en est remis à un but de Kevin Gameiro pour s'imposer à Brest (1-0), ce samedi dans le cadre de la 36e journée de Ligue 1, et s'emparer provisoirement de la 5e place.

Le match : 0-1

Le rêve européen des Strasbourgeois demeure intact. En s'imposant ce samedi à Brest (1-0) grâce au 11e but cette saison de Kévin Gameiro, l'équipe dirigée par Julien Stéphan a fait ce qu'il fallait pour entretenir la perspective d'une fin de saison haletante. A deux journées du gong, le Racing occupe provisoirement la 5e place, à la faveur d'une meilleure différence de buts que l'OGC Nice qui, finale de Coupe de France oblige, ne jouera que mercredi son match de la 36e journée de Ligue 1 - face à Saint-Etienne. Rennes (4e) n'est que deux unités devant Strasbourg.

lire aussi

Le film du match

Sans Ludovic Ajorque, remplaçant au coup d'envoi, mais avec Habib Diallo, le Racing a été secoué, mais il a pu compter sur un brin de réussite : Steve Mounié a buté sur la transversale de Matz Sels dès la 2e minute, tandis que Martin Satriano a, lui, été rattrapé par le VAR pour une position de hors-jeu, alors qu'il pensait avoir égalisé (75e). A 0-0, il a également fallu une parade de Sels devant Youcef Belaïli (65e) pour que le rapport de force ne bascule pas du mauvais côté.

La libération est venue de Gameiro qui a dû s'y reprendre à deux fois pour ouvrir le score : lancé dans la profondeur par Jean-Ricner Bellegarde, l'attaquant avait d'abord buté sur Marco Bizot avant que le malheureux Christophe Hérelle ne le remette en jeu (72e). De quoi lui faire oublier son premier face à face perdu avec le gardien néerlandais sur une action similaire : à la réception d'une superbe ouverture d'Adrien Thomasson, il avait tiré sur la barre après un bel appel croisé (33e).

Le joueur : Merci Gameiro

Il y a évidemment ce but qui pèse lourd, son onzième de la saison, et puis il y a tout le reste, son abnégation, l'intelligence de ses appels, et son implication sur les tâches défensives : Gameiro a été au four et au moulin, et ce n'est pas un hasard s'il a été à la conclusion de l'unique but inscrit par le Racing, ce samedi. L'ancien Parisien avait déjà été le Strasbourgeois le plus menaçant : outre son tir sur la barre (33e), il avait fallu un très bon Bizot (46e) et un retour in-extremis d'Hérelle (63e) pour l'empêcher de peser plus tôt sur le scénario.

lire aussi

Les tops-flops de Brest-Strasbourg : Gameiro incisif

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles