Ligue 2 - Nantes : Et si Kita cédait les clefs à Kita ?

L’actuel propriétaire du FC Nantes l’a confié à But! : il pense à son fils pour lui succéder à la tête du club.

“Vous n’imaginez pas ce que ça fait de se faire insulter devant sa famille, devant sa maison de campagne, et quand certains vont même jusqu’à vous suivre sur l’autoroute !” A son arrivée en juillet 2007, Waldemar Kita a découvert que le football français nourrissait des réactions nettement plus passionnées qu’en Suisse, d’où il revenait d’une expérience malheureuse au Lausanne Sport.

Plus de cinq ans et demi après, le sourire a aujourd’hui remplacé la mine des mauvais jours. Ceux des entraîneurs qui valsent, des résultats en berne et des directeurs sportifs qui se chamaillent. A l’aube d’une nouvelle année, même les slogans parfois hostiles de quelques supporters réclamant son départ, de plus en plus isolés, ne l’atteignent plus. Ou alors si, mais il les accueille avec panache. “Je finis par en rire tellement c’est répétitif!”, rigole à présent le patron des Canaris.

Il faut dire que, désormais, tout semble lui réussir. Sur le podium de la L2 depuis plusieurs semaines, son club devrait (enfin) valider son nouveau ticket pour l’élite au printemps prochain. Et côté finances, la structure pourrait même prétendre au triple A.

"C’est lui qui ouvre et qui referme"

“Je souhaite l’autonomie financière”, vise le patron, qui assure même au passage que son objectif sera atteint “la saison prochaine” ! Faut-il lire dans cette déclaration la perspective d’une vente? “Je n’ai jamais dit ça, coupe-t-il quand est abordée la traditionnelle question. Et puis vous oubliez quelqu’un, Franck !” Franck Kita, 30 ans, actuel directeur général et, visiblement, une ambition peu discrète aux yeux du paternel. “Il a les dents longues, raconte Waldemar. Il est présent du matin au soir, c’est lui qui ouvre et qui referme, ce n’est pas par hasard ! Il y a même d’autres présidents qui viennent me voir pour me demander des conseils car ils veulent aussi placer leur fils.

Voilà donc ce vers quoi tendrait le FC Nantes. Non pas une reprise, mais une transmission, une sorte d’héritage qui placera l’octuple champion de France au cœur d’une vraie dynastie. On comprend mieux désormais l’aveu de Waldemar Kita : “J’espère quand même que tout ce que j’ai mis (comme argent) va finir par payer, sinon je suis un c…” Surtout son successeur saura où le trouver.

Retrouvez l’ensemble de l’article sur But Football Club

Lire aussi
FANTASY LFP - Le Fantasy officiel de la Ligue 1 débarque sur Yahoo Sport - Jouez maintenant

Les plus vus