Ligue des champions : battu par Tottenham à la dernière minute, l'OM est éliminé de toutes compétitions européennes

Clément Lenglet prend le meilleur de la tête sur Valentin Rongier pour égaliser. (S. Mantey/L'Équipe)

Battu par Tottenham (1-2) lors de la 6e journée de la phase de groupes, l'Olympique de Marseille ne verra pas les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Ni les seizièmes de finale de la Ligue Europa.


Le match : 1-2

C'était la victoire ou rien, comme l'avaient annoncé les Marseillais, dans l'obligation de l'emporter pour connaître les huitièmes de finale de la C1. Ce sera donc rien et vraiment rien. En effet, l'OM a longtemps cru à la qualification en Ligue des champions (1-0 à la pause) puis, à défaut de pouvoir gagner (1-1), aux seizièmes de finale de la Ligue Europa, puisque l'Eintracht Francfort menait au Sporting Portugal, avant de l'emporter (2-1).


lire aussi

Le film de OM - Tottenham

Mais l'OM a plié sur une ultime action, au bout du temps additionnel (90e + 5) et d'un contre fatidique, quand Pierre-Emile Hojbjerg est parti battre Paul Lopez d'une puissante frappe croisée, alors qu'un nul suffisait aux Anglais pour se qualifier. Mais comment a-t-on pu en arriver là ?

Les Olympiens ne pouvaient pas mieux commencer, même si la rechute d'Eric Bailly, contraignant le défenseur ivoirien à sortir prématurément (cuisse droite, 9e), aurait pu les perturber. Mais il en fallait davantage pour affaiblir la motivation des joueurs d'Igor Tudor, d'entrée percutants, à l'image de cette tête d'Alexis Sanchez (3e) ou de la frappe trop croisée du Chilien (8e), qui a ensuite sollicité Hugo Lloris (19e).

Le gardien français n'a vraiment pas chômé durant cette première période, puisqu'il a dû encore s'employer devant Jordan Veretout (33e). Mais il n'a rien pu faire sur la tête de Chancel Mbemba, seul au second poteau sur le centre de la droite de Veretout, après un corner d'Amine Harit (45e + 2), le Vélodrome explosant, à faire oublier un virage nord à huis clos.


lire aussi

Le classement du groupe D

Seulement, les Anglais sont logiquement repartis après la pause avec d'autres ambitions. Si, juste avant, Harry Kane avait cadré le premier tir des siens, poussant Pau Lopez à s'envoler (45e + 7), il n'a pas fallu patienter longtemps pour assister à l'égalisation, Clément Lenglet, plus haut que Valentin Rongier, reprenant de la tête le coup franc excentré gauche d'Ivan Perisic (54e).

De quoi faire changer le rapport de force entre des Marseillais tout retournés et des Anglais ayant repris confiance. Par deux fois, Kane a failli faire la différence, d'abord à deux doigts de pied de reprendre le ballon mal repoussé par Lopez (63e), puis en marquant en position de hors-jeu (65e). Et le tir de Pierre-Emile Hojbjerg a fracassé la transversale (81e). Comme une prémonition...

Car si les dernières minutes ont été marseillaises, dans cette volonté inébranlable de continuer l'aventure en Ligue des champions, ni Sanchez contré dans la surface par Perisic (82e), ni Sead Kolasinac manquant incroyablement sa tête à bout portant (87e) ne sont parvenus à faire pencher la partie du bon côté. La suite et la fin cruelle, on les connaît...


lire aussi

Jonathan Clauss (OM) après la défaite en Ligue des champions face à Tottenham : «Celui-là, il va piquer»


Le joueur : Mbemba, de haut en bas

L'international congolais avait commencé cette campagne de Ligue des champions de la plus mauvaise des manières, expulsé en début de seconde période à Londres (47e), précipitant la défaite ses siens (0-2). Huit semaines plus tard, il a cru tenir sa revanche. Si son intervention musclée sur Heung-min Son fut très limite (24e), puisque le Sud-Coréen a dû sortir, sonné (27e), c'est encore dans les airs que le défenseur central a catapulté le centre de la droite de Jordan Veretout, à la suite d'un corner, dans le but d'Hugo Lloris (45e + 2). Déjà buteur contre le Sporting au Vélodrome (4-1), on a longtemps pensé qu'il serait l'homme de ce match, notamment quand il a repris Harry Kane dans la surface (81e). Seulement, abandonné sur le plan défensif, il n'a pas pu reprendre Hojbjerg, buteur au bout du temps additionnel (90e + 5).