Ligue des champions féminine : le Barça foudroie Chelsea et monte sur le toit de l'Europe

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Barça a remporté de façon grandiose (4-0), dimanche, la finale de la Ligue des champions dames face à Chelsea. Un titre encore jamais conquis pour l'Espagne.

Avec un jeu aussi clinique que soyeux, les joueuses du FC Barcelone ont foudroyé les Anglaises de Chelsea (4-0), dimanche 16 mai à Göteborg, pour remporter leur première Ligue des champions et amorcer peut-être une nouvelle ère, dans le sillon tracé par les reines déchues de l'OL.

En 2019, les Espagnoles avaient pris une leçon à Budapest pour leur première finale de C1, sombrant face aux Lyonnaises (4-1) avec quatre buts encaissés dans la première demi-heure. Deux ans plus tard, elles ont enfilé les habits de bourreau en menant 4-0 après 36 minutes seulement.

"On avait trop respecté l'adversaire, c'était presque de la peur", s'était rappelé samedi l'entraîneur Lluis Cortes qui, à 34 ans, offre au Barça et à l'Espagne un titre encore jamais conquis. Et de quelle manière !

Son équipe, tombeuse du PSG au tour précédent, s'est baladée dans le huis clos du Gamla Ullevi de Göteborg, avec une aisance et une assurance épatantes face au Chelsea FC de la Danoise Pernille Harder, désignée meilleure joueuse UEFA en 2020, et de l'Australienne Sam Kerr, recrutée il y a un an et demi avec un salaire mirifique.

La victoire du Barça est aussi celle de la continuité pour un groupe qui ne s'est pas renforcé à l'intersaison, misant sur ses joueuses pour développer l'ADN typique du jeu catalan, fait de pressing et de passes incessantes.

L'histoire est belle notamment pour deux buteuses du soir : l'inaltérable Alexia Putellas (2-0 sur penalty, 14e), capitaine présente au club depuis 2012, soit la même année que l'ancienne joueuse de l'équipe réserve Aitana Bonmati (3-0, 20e).

Martens, bonne étoile

La rencontre a aussi été illuminée par l'ailière néerlandaise Lieke Martens, pépite du Barça depuis l'été 2017 après des expériences dans des clubs de... Göteborg et Malmö, en Suède, et déjà créditée d'un doublé en demi-finale retour contre le PSG (2-1).

Après vingt-six secondes de jeu, la N°22 du Barça a fait trembler la barre transversale de Chelsea après un raid en solitaire digne de Lionel Messi. Les montants tremblaient encore quand, dans la foulée, Caroline Graham Hansen a adressé un centre haut qui a fait paniquer la défense anglaise. Dans la confusion, Melanie Leupolz a catapulté le ballon dans son propre but avec une incroyable malchance (1-0, 1re).

Inscrit après trente-quatre secondes, ce but n'est toutefois pas le plus rapide en finale. Le record reste détenu par la Brésilienne Marta qui, lors de la finale aller de l'édition 2008, avait marqué après 12 secondes pour les Suédoises d'Umea contre Francfort.

C'est encore Martens qui amorcé l'action du deuxième but, avant de décaler Graham Hansen sur la droite. Cette dernière a centré en retrait pour Jenni Hermoso, touchée dans la surface par Leupolz, encore elle. Putellas a transformé le penalty avec sang froid.

Le but du 4-0 vient également de la Néerlandaise, championne d'Europe et vice-championne du monde en titre. Partie comme une bombe sur l'aile droite, elle s'est jouée d'une défenseure adverse pour adresser un caviar à la Norvégienne Graham Hansen.

Avec son jeu léché et ses convictions, le Barça fait un beau successeur à l'OL, septuple vainqueur de la Ligue des champions dames et qui restait sur cinq sacres successifs, avant d'être éliminé en quarts de finale par son rival parisien.

Dans cette finale sans club français, une première depuis 2014, le coin de ciel bleu est venu de Kheira Hamraoui, enfin titulaire après quatre rendez-vous manqués : suspendue en 2015 avec le Paris SG, puis en 2019 avec le Barça, l'internationale tricolore n'avait pas été alignée lors des finales remportées avec Lyon en 2017 et 2018.

"Les Blaugranas veulent soulever le dernier titre qui leur échappe encore et atteindre le zénith d'une trajectoire fabuleuse", résumait Mundo Deportivo, le journal sportif catalan, en une dimanche. C'est fait, car les Barcelonaises ont enfin décroché leur étoile.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles