Ligue des champions : Porto, forteresse imprenable pour les clubs français

Andréa La Perna
·1 min de lecture

♦ 4 novembre 2003 : Drogba frustré, l'OM condamné

Troisième sans briller en Ligue 1 et pas très bien embarqué en Ligue des champions, l'Olympique de Marseille est dos au mur le 4 novembre 2003. Avec seulement trois points marqués après leurs trois premiers matches de phase de groupes en C1, les Phocéens n'ont plus le droit à l'erreur pour maintenir en vie leur rêve de phase finale. Les deux défaites concédées contre le Real Madrid (2-4) et le FC Porto (2-3) obligent les hommes d'Alain Perrin à réagir au bientôt démoli Estadio das Antas, chez les Portugais.

Mais les Marseillais s'inclinent par la plus petite des marges avec pour seul but encaissé celui du Sud-africain Benni McCarthy à la 22e minute - qui a égoïstement poussé sur la ligne de but le lob pourtant réussi de son coéquipier Dmitri Alenichev. L'amertume domine au coup de sifflet final, quelques secondes après que Didier Drogba a fracassé la barre transversale de Vitor Baia en frappant le dernier coup franc du match (90+3'). L'OM se sait condamné à jouer la Coupe UEFA, qui se révélera finalement comme un très beau lot de consolation avec un parcours riche en émotions, jusqu'en finale contre Valence (0-2).

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi