Ligue Europa - L'OL coule à Amsterdam

Rodolphe Desseauve
Lyon sombre à l’Amsterdam Arena (Getty Images)

Face à un Ajax audacieux et efficace, l’Olympique Lyonnais a vu son rêve européen s’assombrir sérieusement ce mercredi soir. Largement dominés dans le jeu et au score (4-1), les Rhodaniens sont condamnés à un exploit, dans une semaine au Parc OL, pour espérer voir la finale de la Ligue Europa 2017.

Depuis plusieurs semaines déjà, l’OL a fait de la Ligue Europa son grand objectif de la saison. Après la triste prestation des hommes de Bruno Genesio sur la pelouse de l’Amsterdam Arena, celui-ci vient peut-être de lui passer sous le nez. Complètement dépassé par la fougue ajacide en défense et orphelin d’Alexandre Lacazette (qui a fait son retour de blessure en entrant en jeu dans le dernier quart d’heure) en attaque, l’OL a semblé impuissant face à la jeune équipe néerlandaise, portée par un public exceptionnel.

En début de partie, les Lyonnais avaient pourtant semblé bien entrer dans le match, s’offrant même la première occasion (manquée par Cornet). La lumière allait cependant s’éteindre brutalement après l’ouverture du score de Bertrand Traoré, sur un coup-franc parfaitement botté par Hakim Ziyech (1-0, 25e). Progressivement, Lyon perdait pied. Dolberg doublait la mise en profitant d’un trou béant dans la défense lyonnaise (2-0, 34e), puis les occasions de 3-0 se multipliaient. Le troisième pion allait finalement venir juste après la mi-temps, sur un joli numéro d’Amin Younes (3-0, 49e). Lyon reprenait espoir grâce à une belle frappe de Mathieu Valbuena (3-1, 66e), mais Bertrand Traoré enfonçait immédiatement le clou en s’offrant un doublé (4-1, 71e). Resté jusqu’au bout sous la menace d’un cinquième but néerlandais, l’OL a finalement évité le pire. Mais que la Friends Arena de Solna (où se jouera la finale, le 24 mai) semble loin…

Une défense calamiteuse

Les trous d’air défensifs resteront incontestablement comme l’une des fâcheuses marques de fabrique de l’OL version 2016-2017. Depuis la débâcle à domicile face à Lorient (1-4) début avril, Lyon semblait avoir retrouvé une certaine solidité, avec notamment le retour en grâce de Nicolas Nkoulou. Las, l’arrière-garde rhodanienne a littéralement volé en éclats face à l’Ajax. Déchaînés, les jeunes attaquants du monument néerlandais ont frappé 21 fois au but, cadrant 16 de ces tentatives. Sans un match exceptionnel d’Anthony Lopes, auteur de plusieurs arrêts spectaculaires, l’OL aurait pu subir une défaite bien plus large, et c’est peut-être ça le plus inquiétant.

L’Ajax, jeunesse triomphante

Un onze de départ de 22 ans de moyenne d’âge en demi-finale de coupe d’Europe, avec un défenseur central né en 1999 (De Ligt) et un avant-centre né en 1997 (Dolberg). Dire que l’Ajax a fait le pari de la jeunesse cette saison est un doux euphémisme. Si le résultat n’est pas forcément concluant en championnat (2e à 4 points du Feyenoord à deux journées de la fin), la nouvelle génération ajacide est en train de marquer les esprits en Ligue Europa. Aussi talentueux que culottés, à l’image de la pépite Dolberg, les jeunes Lanciers doivent maintenant terminer le travail pour s’assurer une présence en finale le 24 mai prochain.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages