Ligue des nations - France-Suède : "Papy" Giroud fait toujours de la résistance

Thierry Tazé-Bernard
·1 min de lecture

Combattant infatigable, phénix incandescent. Lorsqu'il clôturera sa carrière de footballeur, Olivier Giroud pourra s'enorgueillir de n'avoir jamais abandonné, jamais baissé les bras, jamais écouté les plus sceptiques des observateurs. Depuis son arrivée en équipe de France, un 11 novembre 2011 lors d'un match contre les Etats-Unis, il n'a jamais été ménagé par la critique. Justifiée ou outrancière, argumentée ou simplement facile, elle l'a toujours accompagné. Mais il n'en a cure. "Je suis habitué à être chahuté, ça fait partie de ma carrière", a-t-il encore dit ce mardi soir au Stade de France après le match. C'est sur le terrain qu'il s'exprime le mieux. Et là, les records tombent, les chiffres pleuvent : deuxième meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France, septième joueur le plus capé, et désormais attaquant le plus âgé titularisé depuis Henri Skiba (34 ans et 155 jours) en 1961.

Certains diront qu'un règne n'est pas garantie de rendement. Mais comme souvent, l'ancien montpellierain a montré toute son utilité sur le rectangle vert contre la Suède, surtout face à une défense évoluant plutôt bas sur le terrain. Avec son mètre quatre-vingt-treize, son jeu aérien est précieux. Il ne s'en contente...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi