Lille - Galtier en colère contre certains joueurs

Présent en conférence de presse ce vendredi, l'entraîneur du LOSC s'est exprimé sur les récentes difficultés de son équipe, et attend une réaction.
Présent en conférence de presse ce vendredi, l'entraîneur du LOSC s'est exprimé sur les récentes difficultés de son équipe, et attend une réaction.

Christophe Galtier était particulièrement agacé par la prestation de ses joueurs, battus ce dimanche sur la pelouse de Dijon (septième défaite loin de leurs bases pour les Dogues). L'ancien entraîneur de Saint-Étienne a notamment élevé le ton dans le vestiaire, affirmant en avoir marre de "perdre contre des équipes de peintres".

"Quand je dis équipes de peintres, je m'excuse. Ça, c'est de la colère. Je parle d'équipes qui sont en train de se battre pour le maintien. Dijon, Amiens, Toulouse se battent pour le maintien. Et on a perdu à chaque fois de la même manière, a-t-il par la suite précisé en conférence de presse. Je m'excuse des propos que vous avez entendus car Dijon est une équipe qui tient la route.

"On s'est sabordés sur une touche, on s'est sabordés en ne sachant pas exploiter l'avantage à onze contre dix, on s'est sabordés en prenant un carton rouge (Boubakary Soumaré). On s'est sabordés mais l'adversaire a fait en sorte de nous pousser à la faute. On a eu trop peu de détermination. Nos tirs étaient des passes à l'adversaire."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Certains se regarderont le nombril sur le banc ou en tribunes"

Galtier s'en est ensuite pris à certains joueurs, trop individualistes à ses yeux, et promis des sanctions : "Ils iront sur le banc, point à la ligne. Ils se regarderont le nombril sur le banc ou en tribunes.

Il y a un problème de concentration, d'investissement et de détermination. Ces qualités-là, je les ai vues en face. Il y a des joueurs qui ont des objectifs individuels et il va falloir y remédier. On ne peut pas être battus dans l'envie alors qu'on prétend vouloir rejouer la Coupe d'Europe. Des joueurs sont dans une zone de confort, comme si ce n'était pas grave de perdre à l'extérieur car on a un prochain match à domicile."

À lire aussi