L'intégration de franchises sud-africaines aux Coupes d'Europe va dans « l'intérêt de tous » pour René Bouscatel

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
René Bouscatel marque sa position à l'égard des franchises sud-africaines. (F. Lancelot/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président de la Ligue nationale, René Bouscatel, a expliqué samedi à l'AFP les raisons pour lesquelles il était favorable à l'intégration de franchises sud-africaines aux Coupes d'Europe.

« Il est de l'intérêt de tout le monde, dont les joueurs, de se frotter à des équipes qu'ils n'ont jamais rencontrées : ça va élever le niveau de nos compétitions domestiques, dont le Top 14, et ça apportera, de fait, un plus à notre équipe de France », a avancé René Bouscatel, président de la LNR, dans un entretien accordé à l'AFP ce samedi.

Cette sortie médiatique fait suite à l'annonce de l'EPCR, qui a indiqué, jeudi, que cinq franchises sud-africaines allaient intégrer les deux Coupes d'Europe à partir de la saison prochaine. Les Stormers du Cap, les Bulls de Pretoria, les Sharks de Durban joueront ainsi la Champions Cup tandis que les Lions de Johannesburg et les Cheetahs de Bloemfontein évolueront en Challenge Cup.

lire aussi

Les Stormers, les Bulls et les Sharks en Champions Cup la saison prochaine

Une perte d'identité ?

Cette décision est loin de faire l'unanimité chez les acteurs du Championnat de France. Le président de La Rochelle, Vincent Merling, a par exemple dénoncé « une perte d'identité ». Un avis partagé par Henry Chavancy, centre historique du Racing 92, qui estime que « cela risque de dénaturer un petit peu l'intérêt, l'histoire de cette compétition. »

D'un point de vue logistique, le deuxième-ligne du Stade Français Pierre-Henri Azagoh s'est montré perplexe quant à l'ajout de longs déplacements, dans un calendrier déjà bien chargé. « Il faut voir comment ça va s'organiser, les déplacements vont être un peu longs. L'avantage, c'est qu'il n'y a pas de décalage horaire mais ça va être costaud quand même. Il faut voir comment les matches vont être calés par rapport au calendrier du Top 14 », a-t-il confié à l'AFP.

Pour rappel, les finales 2023 des deux compétitions sont programmées à Dublin les 19 et 20 mai.

lire aussi

Toute l'actualité du rugby

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles