Lionel Beauxis annonce sa retraite

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le demi d'ouverture de Béziers Lionel Beauxis, ancien international, a annoncé qu'il prendrait sa retraite à l'issue de la saison, après vingt saisons au plus haut niveau.

À l'occasion de la défaite de Béziers contre Bourg-en-Bresse (21-24) vendredi soir, lors de la 28e journée de Pro D2, Lionel Beauxis a annoncé qu'il mettrait un terme à sa carrière à l'issue de la saison. Âgé de 36 ans, le demi d'ouverture biterrois a évolué pendant 20 ans au plus haut niveau du rugby français, où il a vadrouillé et porté les couleurs de sept clubs.

Après des débuts à la Section Paloise (2003-2006), Beauxis s'est véritablement révélé au Stade Français (2006-2011), où il a conquis le Bouclier de Brennus en 2007, et connu ses premières sélections en équipe de France. Il a ensuite rejoint le Stade Toulousain (2011-2014) et remporté un deuxième titre de champion de France (2012). Puis Beauxis a multiplié les nouvelles expériences, avec moins de succès, à Bordeaux-Bègles (2014-2017), Lyon (2017-2019), Oyonnax (2019-2021) et enfin Béziers, depuis cet été.

Sélectionné à 24 reprises en Bleu, Beauxis avait connu son jour de gloire lors de la Coupe du monde 2007 en réussissant une performance héroïque face aux All Blacks lors du quart de finale victorieux de Cardiff (20-18). Il était d'ailleurs le dernier représentant de cette équipe encore en exercice. Moins souvent appelé au fil des années, l'ouvreur avait signé un improbable retour en sélection en 2018, sous le mandat de Jacques Brunel, après six ans de disette.

« Yionel », icône des réseaux sociaux

Vainqueur du Tournoi des Six Nations 2007 lors de ses premières capes, Beauxis avait également gagné la Coupe du monde des moins de 21 ans l'année précédente avec la génération des Maxime Médard, Maxime Mermoz ou Damien Chouly.

Joueur discret mais élégant, doté d'un surpuissant jeu au pied, « Yionel » était devenu une icône sur les réseaux sociaux, notamment grâce à sa « course molle » et cette impression de facilité, de nonchalance, qu'il transportait sur les terrains. Les hommages à la longue carrière du numéro 10 ne font sans doute que commencer.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles