Lionel Scaloni, sélectionneur de l'Argentine : « D'abord, se qualifier »

Lionel Scaloni sur le banc face au Mexique. (Paul Chesterton//Expa/ focus images)

Lionel Scaloni, le sélectionneur de l'Argentine qui doit valider son ticket pour les 8es de finale de la Coupe du monde contre la Pologne mercredi (20 heures), refuse de se projeter sur d'éventuelles retrouvailles avec la France.

« Ce match contre la Pologne (mercredi, 20 heures) est-il le match le plus important de votre carrière d'entraîneur ?
On veut toujours que le match qui vient soit le plus important. C'est notre philosophie : le passé est du passé. Donc, au-delà de l'enjeu du match, qui peut nous permettre de nous qualifier pour les 8es de finale d'une Coupe du monde, c'est le match le plus important.

lire aussi : Lisandro Martinez (Argentine) : « Le groupe est sorti plus fort » de la défaite contre l'Arabie saoudite

Comment voyez-vous les choses tactiquement face à un adversaire qui évolue plus haut que le Mexique ?
Contre le Mexique, on a fini à cinq derrière mais on a commencé de la manière dont on joue toujours. Il en sera pareil demain (mercredi), on jouera comme on a l'habitude de la faire. Après, en fonction de l'évolution du match, on verra quelles décisions prendre. La Pologne n'a pas seulement de bons joueurs derrière, elle a aussi des joueurs adroits et rapides.

Avez-vous le temps de regarder les matches et avez-vous été surpris par une équipe depuis le début de la compétition ?
En tant qu'entraîneurs, on prend du temps pour regarder et analyser. Il y a des équipes peu connues qui ont fait de belles choses mais nous ne sommes pas surpris. Le premier tour d'une Coupe du monde est toujours difficile. Le niveau de jeu ? On a l'impression qu'il n'y a pas une équipe qui s'est montrée très supérieure à toutes les autres. Le foot, ce sont des périodes. Lors des matches à élimination directe, il faut toujours un petit peu de chance. L'équipe victorieuse n'est pas nécessairement la meilleure ou celle qui a tiré le plus au but.

Préféreriez-vous éviter la France en 8e de finale ?
D'abord, il faut se qualifier. Ensuite, on verra sur qui on tombe. On respecte tout le monde. Si vous regardez, seulement trois ou quatre équipes sont déjà qualifiées. Toutes les autres sont encore en train de lutter. Personne n'est en position de choisir sur qui il préfère tomber. »

lire aussi : Résultats et classement du groupe C