L'Italie bat la Hongrie en Ligue des nations et prend la tête de son groupe

Avec une équipe jeune alignée par Roberto Mancini, l'Italie a dominé la Hongrie et s'est imposée logiquement (2-1). Après son nul contre l'Allemagne, elle est en tête de son groupe avec quatre points.

Le match : 2-1

C'est une saison qui aurait pu finir sur un goût très amer, après la claque reçue contre l'Argentine à Wembley il y a une semaine (0-3), mais qui va peut-être se conclure sur une note d'espoir pour une Nazionale en pleine reconstruction, et qui a enchaîné un deuxième résultat positif en Ligue des nations, ce mardi à Cesena, face à la Hongrie (2-1). Rassérénée par un match nul prometteur face à l'Allemagne (1-1, le 4 juin), l'Italie a confirmé ses bonnes intentions et ses ressources en battant logiquement des Hongrois longtemps dominés, même s'ils ont été un peu plus dangereux en fin de match.

lire aussi

Le film du match

Avec un onze encore une fois très remanié par Roberto Mancini, où seuls Donnarumma, Spinazzola et Barella étaient titulaires lors de l'Euro victorieux l'été dernier, la Nazionale a vite pris le jeu à son compte, même si les occasions nettes ont mis du temps à arriver. Mais il y avait du mouvement, de l'envie et de la qualité, côté italien, et c'est sur une belle frappe de Barella (voir ci-dessous) que le champion d'Europe a ouvert le score (30e). Déjà buteur contre l'Allemagne trois jours plus tôt, Lorenzo Pellegrini a doublé la mise avant la pause, en reprenant au second poteau un centre du remuant Politano (45e).

La Hongrie, qui avait battu l'Angleterre lors de la première journée, a réduit la marque à l'heure de jeu grâce à un but contre son camp du malheureux Mancini, qui taclait le centre de Fiola sous les yeux impuissants de Donnarumma (61e). Le gardien du PSG a fait le nécessaire, ensuite, pour préserver la victoire, notamment sur une frappe de Sallai (69e), mais l'Italie, qui avait trouvé la transversale sur une belle tentative de Politano (55e), n'a pas volé sa victoire. Avec une confiance retrouvée, elle va maintenant affronter l'Angleterre, ce samedi à Wolverhampton.

Le joueur : Barella était partout

Symbole de la première ère Mancini, qui l'avait installé comme un titulaire inamovible en sélection dès son arrivée en mai 2018, le milieu de terrain de l'Inter pourrait bien être un cadre, aussi, du deuxième chapitre de la vie de sélectionneur du « Mancio », celui de la reconstruction après l'échec de la qualification à la Coupe du monde au Qatar. Parfois un peu émoussé ces derniers mois, Barella a retrouvé des jambes pour rayonner au milieu de terrain face aux Hongrois et pour marquer un joli but, sur une belle frappe des 18 mètres, du droit, après un bon service de Spinazzola. C'est son huitième but en sélection, ce qui en fait le joueur le plus prolifique sous Mancini, à égalité avec les attaquants Belotti et Immobile.

45

Alessio Zerbin, le jeune attaquant de Naples prêté à Frosinone (Serie B), entré en jeu à la 84e minute, est le 45e joueur lancé par Roberto Mancini en sélection depuis son arrivée sur le banc de la Nazionale, en mai 2018.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles