Liverpool se sort du piège tendu par Villarreal et se qualifie pour la finale

Entré à la mi-temps, Luis Diaz a été l'acteur majeur du redressement des Reds en seconde période. (B.Papon/L'Equipe)

Menés 0-2 à la mi-temps, après avoir dominé le match aller (2-0), les Reds ont réagi en seconde période pour battre Villarreal (3-2) et se qualifier pour la finale de Ligue des champions.

Le match : 2-3

Après avoir éliminé la Juventus Turin en huitièmes (1-1, 3-0) et le Bayern Munich (1-0, 1-1) en quarts, Villarreal partait de loin, ce mardi en demi-finales retour de Ligue des champions. Logique vainqueur à l'aller (2-0), Liverpool semblait avoir beaucoup de marge mais elle s'est vite réduite, car les Espagnols ont d'emblée montré qu'ils étaient aussi à l'aise avec le ballon, après avoir énormément subi à Anfield.

lire aussi

Le film du match

Titularisé à la place de Danjuma, longtemps incertain et finalement forfait, l'ancien Rémois Boulaye Dia a ouvert le score dès la troisième minute, sur un service d'Etienne Capoue. Tout devenait possible, surtout que Villarreal continuait d'étouffer les Reds, incapables de ressortir le ballon. Sous l'impulsion d'Unai Emery, survolté devant son banc, Villarreal poussait et croyait obtenir un penalty quand Lo Celso était fauché par Alisson (37e). L'arbitre ne sifflait pas mais cette déception n'a pas altéré la dynamique des coéquipiers de Capoue, qui offrait une nouvelle passe décisive à Coquelin, buteur de la tête devant Alexander-Arnold (41e).

Cinq Espagnols se trouvaient alors dans la surface, ce qui reflétait le basculement du rapport de force depuis le match aller. Mais la seconde période a été bien différente car Liverpool a retrouvé ses repères, dans la foulée du remplacement de Jota par Luis Diaz (46e), qui a fait très mal sur le côté gauche. La réduction de l'écart est pourtant venue de la droite, grâce à Fabinho qui a frappé entre les jambes de Rulli (62e). Le cauchemar de l'ancien gardien montpelliérain ne faisait que commencer, puisque la tête de Luis Diaz lui est aussi passée entre les jambes (2-2, 67e), et il a totalement raté sa sortie en laissant Sadio Mané inscrire le but qui a éteint le stade (2-3, 74e).

Comme en 2006, Villarreal s'arrête donc en demi-finales tandis que Liverpool peut rêver de remporter une septième Ligue des champions, le 28 mai à Saint-Denis, contre le Real Madrid ou Manchester City qui s'affrontent mercredi.

Le fait : la L1 à l'honneur

Il n'y a plus de clubs français en Ligue des champions depuis l'élimination du Paris-SG en huitièmes de finale par le Real Madrid, mais la L1 peut encore s'estimer représentée : recruté l'été dernier à Reims, le Sénégalais Boulaye Dia a marqué son premier but en C1 (3e) en profitant d'une passe d'Etienne Capoue, l'ancien Toulousain qui a donné le deuxième but de Villarreal à Francis Coquelin, passé par Lorient (2010-2011).

Mais Liverpool est revenu grâce à Fabinho, qui a déjà brillé dans la compétition avec Monaco, et qui a trompé Rulli (62e). Déjà en difficulté à l'aller, l'ex-gardien montpelliérain a été le maillon faible de l'équipe entraînée par Unai Emery, qui n'était pas allé aussi loin en C1 quand il entraînait le PSG.

4

L'entraîneur de Liverpool Jürgen Klopp atteint pour la quatrième fois la finale de la Ligue des champions, et égale le record de Marcello Lippi, Alex Ferguson et Carlo Ancelotti.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles