Loïc Féry écrit aux supporters après l'entrée de Bill Foley dans le capital du club

Loïc Féry assure que le FCL ne se transformera pas en succursale. (E. Garnier/L'Équipe)

Dans un communiqué publié ce dimanche, Loïc Féry, le président du FC Lorient, apporte des éclaircissements quant à l'arrivée du nouvel actionnaire minoritaire Bill Foley dans le capital du club.

Suite à l'entrée dans le capital du FC Lorient de l'investisseur américain Bill Foley, et au rapprochement entre les Merlus et le club de Bournemouth, Loïc Féry, le président du FCL, a éclairci la situation dans un communiqué publié ce dimanche. Il évoque notamment le lien avec les Cherries, qui se sont offert Dango Ouattara pour près de 30 millions d'euros.

« Je conçois que le timing engendre l'amalgame. Le transfert de Dango est pointé du doigt, comme si cette vente signifiait que nous renoncions à toute ambition et comme si notre joueur avait signé à Bournemouth sous la contrainte. Dango pourra exprimer pourquoi lui et son agent ont fait ce choix plutôt qu'un autre. Quitte à ce que le FC Lorient ouvre la porte d'un départ, je préfère conclure avec le club qui nous a proposé la meilleure offre, dont le montant permettra de mieux armer notre effectif », détaille le dirigeant lorientais.

lire aussi : Transferts : Lorient discute avec Manchester City pour son jeune milieu Josh Adam

Loïc Féry explique également que l'entrée en jeu de cet actionnaire résulte de longues discussions consécutives au gouffre financier engendré par le Covid et l'affaire Mediapro, et non de la bonne forme des Bretons cette saison. En outre, le FC Lorient, club à l'esprit familial revendiqué, ne deviendra pas une « filiale » de Bournemouth, a-t-il promis. « Je répète que le FCL ne deviendra pas une "succursale". Je suis l'actionnaire majoritaire et le président, avec le pouvoir de décision nécessaire pour suivre notre stratégie de développement. Il ne s'agit donc pas d'une "remise à plat de tout le fonctionnement" mais d'une continuité de gestion. »

Les Merlus veulent retenir MoffiLe président des Merlus encourage également les talents lorientais à ne pas céder dès la première offre venue. « Avec l'attractivité du projet sportif et le discours convaincant du coach, nous pouvons influencer ces envies et essayer de retenir nos talents comme nous l'avons souvent fait ces dernières années quand c'était possible, et comme nous le faisons actuellement pour tenter de limiter à un seul départ majeur sur l'hiver. » Une déclaration qui fait écho à la situation de Terem Moffi, pour lequel l'OGC Nice a éprouvé un vif intérêt.

lire aussi : Toute l'actualité du mercato