Loïc Puyo : "J'avais besoin de me mettre en danger"

SO FOOT
·1 min de lecture

La première fois que j'ai envisagé l'Australie, c'était lors de ma première saison à Angers, en 2018. Je venais de changer d'agent, et c'était la première chose dont je lui avais parlé. Ce pays représentait pour moi le style de vie que j'avais envie de connaître : le soleil, la plage, le surf, la culture du sport, la mentalité. Mon aventure douloureuse - tant mentalement que physiquement - au SCO a retardé l'échéance. Se faire recruter par un club étranger, après une saison blanche et avec un CV dégarni, était mission impossible. À l'époque, je n'y croyais pas vraiment. Mais durant ma saison au Red Star, j'ai pu reconsidérer beaucoup de choses dans ma vie. Je savais pertinemment que le plus beau de ma carrière était derrière moi : je n'allais plus jamais connaître la Ligue 1, et même la Ligue 2 semblait me fermer ses portes. Alors que faire ? Continuer à me morfondre sur le fait de jouer dans un championnat "ingrat" comme le… Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com