Pas loin du court-circuit entre le meeting de Montreuil et la Fédération Française d'athlétisme

Rénelle Lamote sera une nouvelle fois présente au meeting de Montreuil ce jeudi. (A. Réau/L'Équipe)

En discussion depuis plusieurs mois avec la FFA à cause d'un conflit de partenaire, le meeting francilien, qui se déroule ce jeudi, a intégré le circuit pro sur le gong.

Ce jeudi soir, le Crédit Mutuel Athlé Tour fera étape au stade des Grands-Pêchers de Montreuil (à partir de 18 h 47). Presque un exploit à la vue des dernières semaines. Pas concernant le meeting du CA Montreuil, monté depuis plusieurs saisons sur le podium des événements français sur piste et qui allait se tenir, quoi qu'il arrivait. Mais, comme c'est le cas depuis plusieurs saisons, le club francilien était parti pour faire ça de son côté, sans l'aide fédérale et son circuit professionnel de meetings. Une hérésie sur le papier, mais l'athlétisme a le don de faire très compliqué quand ça peut être très simple.

lire aussi
Après sa grave blessure, Christian Taylor retrouve la compétition à Montreuil

Montreuil, en contrat avec l'équipementier Nike depuis plusieurs saisons, n'avait jamais trouvé d'accord avec la Fédération française d'athlétisme (FFA), cette dernière travaillant avec un autre équipementier (Adidas). Dès le début de l'année, des discussions avaient pourtant été entamées pour trouver un terrain d'entente. Mais les conditions proposées à l'organisateur ont longtemps semblé bien trop compliquées à respecter.

« On nous a sortis parce qu'on a un sponsor qui s'appelle Nike, lâche Samir Benfarès, le président du club. Pourtant, d'autres meetings ont des partenaires différents comme le All Star Perche (Puma) ou Monaco (Nike). Ce n'est donc pas là le problème. Ils voulaient bien nous aider, mais il fallait virer Nike partout. Ce sponsor habille 500 gamins des cités de chez nous. Je ne vais pas m'asseoir sur ça. Il fallait retirer la marque autour de la piste, sur les dossards, dans la zone VIP, sur l'affiche... »

En effet, selon les échanges que nous nous sommes procurés, « l'absence totale de visibilité de Nike sur l'événement » était la demande initiale de la Fédération, laissant peu de marge de manoeuvre à l'organisateur. Et comme d'autres meetings avaient toujours réussi à trouver un accord pour intégrer le circuit des meetings français, Montreuil s'est senti quelque peu visé, laissant remonter de vieilles rancoeurs entre l'un des meilleurs clubs français de l'histoire et des détracteurs potentiels.

lire aussi
Jimmy Gressier plus vite que la lumière à la Coupe d'Europe de 10 000 m

« Ils (Montreuil) ne sont pas les vilains petits canards, désamorce Anne Tournier-Lasserve, vice-présidente de la FFA. C'est juste qu'ils ont un partenaire qui est différent de celui de la Fédération et qu'il fallait trouver les bons accords. On doit respecter leurs partenaires et ils doivent respecter les nôtres. On a mis un certain temps pour trouver un terrain d'entente. C'est un travail à court et long terme. On voulait que Montreuil rentre à nouveau dans ce circuit, c'est l'un des trois meilleurs clubs français, on ne peut pas le laisser de côté. »

D'ultimes discussions ont fait accélérer les choses
Une main qui a tout de même mis du temps à se tendre puisque Montreuil ne comptait plus, jusqu'à encore quelques jours, sur la moindre aide. Entre-temps, les esprits s'étaient bien échauffés, le meeting laissant un temps peser la menace - vite levée évidemment - de ne pas inviter d'athlètes français (une quarantaine sont présents). Mais des ultimes discussions, notamment avec le président de la FFA André Giraud, et les échos d'un probable article de presse, ont fait accélérer les choses.

lire aussi
Mahiedine Mekhissi sur 1 500 m au meeting de Montreuil

« On n'a pas ce qu'ils mettent dans les autres meetings mais c'est un pas vers l'harmonisation », tempère Benfarès. Valorisé entre 80 000 et 100 000 €, le soutien de la FFA au meeting pro s'étend sur plusieurs pans comme la fourniture d'équipements aux bénévoles, la prise en charge du chronométrage, des jurys, un soutien financier de 10 000 € via le Crédit Mutuel et évidemment la communication entre la diffusion sur la plateforme athle.tv et le partage sur les réseaux sociaux de la Fédération.

lire aussi
Calendrier/résultats du meeting de Montreuil

Selon nos informations, pour cette édition, Montreuil sera aidé à hauteur de 25 000 € et son partenaire principal sera visible. « Les négociations se sont faites en cours d'année donc il y avait déjà des engagements, prolonge Tournier-Lasserve pour justifier l'écart de soutien. Mais on veut que ça dure. On va travailler avec ce meeting qui est très important pour la Fédération. »

Pour montrer sa bonne volonté, la FFA a d'ailleurs pris à sa charge la dernière impression des dossards où la virgule initiale a été remplacée au dernier moment par l'unique logo de l'un de ses partenaires. Évitant un court-circuit bien dommageable puisque derrière tout ça, les seules victimes potentielles restent les athlètes. Avec l'avènement du ranking, ces derniers ont tout intérêt que les meetings hexagonaux aient un maximum de moyens pour grimper dans la hiérarchie mondiale et délivrer le plus de points possibles.

lire aussi
Toute l'actualité de l'athlétisme

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles