L'OL s'incline devant Strasbourg pour la première sous les yeux de John Textor

Habib Diallo a inscrit le second but strasbourgeois, offrant au Racing sa deuxième victoire de la saison. (A. Mounic/L'Équipe)

Pour le premier match sous les yeux de son nouveau propriétaire John Textor, l'OL s'est incliné face à Strasbourg (1-2). Il perd du champ sur le haut du tableau quand Strasbourg sort de la zone rouge.

Le match : 1-2Pour le premier match de l'OL sous les yeux de John Textor, le nouveau propriétaire a pu avoir un vaste aperçu de son nouvel empire. Son équipe a du potentiel et les joueurs de Laurent Blanc avaient fait ce qu'il fallait en début de rencontre pour offrir un baptême réussi à leur patron. De l'intensité, des intentions, du talent. Sans cela, Lyon ne se serait pas créé autant de situations, au fil d'une soirée rythmée et emballante.

lire aussi : Le film de Lyon-Strasbourg

Impossible même de toutes les recenser, d'une première reprise de Toko Ekambi juste à côté (6e) jusqu'à une parade exceptionnelle de Sels sur sa ligne sur une reprise à bout portant de Lacazette (87e). En passant par une frappe de Tolisso (11e), un duel perdu par Cherki face à Sels (13e), une reprise de Tagliafico sauvée par le gardien strasbourgeois (45e+6), des tentatives de Toko Ekambi (53e), Cherki puis Lacazette de près (55e) et encore l'ancien Gunner (74e).

Mais l'OL 2022-2023, c'est aussi un manque de confiance, de justesse, de régularité, qui prend parfois les contours d'une fébrilité étonnante. Alors qu'ils maîtrisaient les débats, les Rhodaniens se sont retrouvés menés de deux buts en trois minutes. Sur un corner de Prcic repoussé au premier poteau par Toko Ekambi, la volée d'Aholou traversait toute la surface et Lopes ne pouvait que toucher du bout des doigts (1-0, 29e).

lire aussi : Le classement de Ligue 1

Plus rageant encore, sur une situation lyonnaise, Sels lançait la contre-attaque d'un long dégagement sur lequel Lukeba se trouait. Gameiro récupérait et piquait son ballon. Gusto était dessus mais perdait l'équilibre et Diallo, également à terre, reprenait en deux temps (2-0, 32e). C'était bien payé mais les Alsaciens n'avaient rien volé, contraints de composer avec les sorties précoces de leur capitaine Liénard (14e) puis de Bellegarde (27e).

L'OL a eu le mérite de ne pas lâcher malgré ce sort contraire. Il réduisit l'écart juste avant la pause, sur un penalty sifflé pour une main de Sissoko à la limite de la surface et transformé par Lacazette (2-1, 45e+2). Mais il n'a pas eu de réussite, une fois de plus, et le 8e de la L1 reste à une distance lointaine des places plus conformes à ses ambitions et désormais à portée de ses poursuivants au classement. Au coup de sifflet final, les ultras lyonnais sont venus chahuter et rappeler qu'il fallait que la nouvelle ère Textor marque une rupture. L'homme d'affaires américain va devoir apprendre la patience et il a pu prendre la mesure du travail qui l'attend. De son côté, grâce à ce deuxième succès de la saison en L1, Strasbourg sort de la zone rouge et s'offre de l'oxygène.

Le joueur : Habib Diallo confirmeAuteur de 11 buts en L1 sous le maillot de Strasbourg la saison passée (9 en 2020-2021), Habib Diallo confirme qu'il sera une des armes majeures du Racing pour espérer se maintenir. Le Sénégalais a signé ce samedi à Lyon son 8e but de la saison, déjà, ce qui lui laisse de sérieuses chances de battre son record personnel (12 buts avec Metz en 2019-2020). Dans une rencontre où ils ont été largement dominés, les Alsaciens se sont montrés très dangereux sur la plupart de leurs situations, jouant bien les coups sur les transitions et cadrant la quasi-totalité de leurs opportunités. Le reste du temps, ils ont apporté leur écot défensif et étalé un état d'esprit solidaire.