L'OM craque contre Tottenham après avoir été réduit à dix

Solide lors de la première période, l'OM a finalement cédé sur la pelouse de Tottenham après l'exclusion de Chancel Mbemba au retour des vestiaires (2-0).

Le match : 2-0

On s'attendait à une déferlante du trio offensif des Spurs. Finalement, l'OM a fait plus que tenir bon lors de la première période sur la pelouse de Tottenham, malgré la défaite (2-0). Bien aidés par une défense intraitable face à Harry Kane, Heung-min Son et Richarlison, les Marseillais ont eu le contrôle du ballon (58 % de possession à la mi-temps). Mais face à un bloc londonien bien en place et prêt à partir en contre dès qu'il récupérait le ballon, ils n'ont pas trouvé l'inspiration - qu'aurait pu apporter Alexis Sanchez s'il n'avait pas été suspendu - pour le transpercer.

lire aussi

Le film de Tottenham-OM

Ainsi, seules les frappes lointaines de Nuno Tavares (20e, non cadrée) et Chancel Mbemba (30e, détournée en corner) ont apporté une once de danger sur le but gardé par Hugo Lloris. Les Spurs, eux, ont tout de même su se montrer menaçants lorsqu'ils sont parvenus à passer la ligne médiane. Il y a d'abord eu ces trois frappes de suite, toutes contrées par l'arrière-garde marseillaise (34e), puis ce tir trop croisé de Kane, visiblement pas dans un grand soir (41e).

Et c'est sur une nouvelle incursion des Spurs dans la moitié de terrain phocéenne, dès la reprise, que le match a basculé. Surpris par un Heung-min Son lancé dans son dos, Chancel Mbemba a été exclu pour avoir coupé le Coréen, qui filait au but (47e). Les Marseillais, très disciplinés après cette expulsion, ont finalement craqué à un quart d'heure de la fin sur une tête de Richarlison, esseulé à la réception d'un centre venu de la gauche (76e). Groggy, ils ont une nouvelle fois oublié le Brésilien cinq minutes plus tard et encaissé le but du break, encore de la tête (82e).

Lloris : « Une victoire poussive mais importante »

40

Marseille a connu sa 40e défaite en Ligue des champions (en 74 matches), s'inclinant à 15 reprises lors de ses 16 dernières rencontres dans la compétition. (Opta)

Le fait : la soirée difficile de Harry Kane

Au centre de la défense à trois alignée par son entraîneur Igor Tudor, Éric Bailly avait un sacré client face à lui en la personne de Harry Kane. Dès l'entame du match, l'Ivoirien a marqué son territoire face à l'attaquant des Spurs, auteur de 5 buts en 6 matches de Premier League cette saison, à l'image de cette intervention autoritaire (mais propre) au niveau de la ligne médiane (19e).

Après avoir buté sur Nuno Tavares (34e), l'Anglais, décalé par Son dans la surface, a complètement raté la conclusion d'une contre-attaque londonienne en croisant trop un tir du plat du pied droit. Sa dernière tentative dans le temps additionnel, à l'issue de laquelle le ballon s'est envolé au-dessus du cadre marseillais, a été le point final d'une soirée sans pour lui.

lire aussi

Le groupe D de Ligue des champions