L'or européen pour l'épéiste Yannick Borel

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Yannick Borel, en 2019. (L. Argueyrolles/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Yannick Borel a décroché dimanche à Antalya son quatrième titre de champion d'Europe à l'épée.

Sa journée aura été longue, très longue, puisqu'après une phase de poules ratée au petit matin, Yannick Borel a dû disputer un tour supplémentaire, par rapport à la majorité des épéistes qualifiés pour le tableau principal d'Antalya. Mais le Français a ensuite traversé sa journée avec force et détermination, pour décrocher sa quatrième médaille d'or aux Championnats d'Europe, après ses sacres de 2016, en Pologne, 2017, en Géorgie et 2018, en Serbie.

En finale, pour son septième assaut en 15 touches dans la salle de basketball moite qui sert de lieu de compétition, il a dominé, en rouleau compresseur, la surprise néerlandaise Tristan Tulen, 57e mondial (15-1).

Un rebond après des JO de Tokyo ratés

À 33 ans, Borel réalise une saison pleine, agrémentée de deux victoires en Coupe du monde, et un vrai rebond après des JO de Tokyo ratés, où il avait tiré diminué physiquement, un mollet douloureux, pour s'incliner en 16e de finale.

Les autres épéistes français avaient plutôt déçu. Romain Cannone, le champion olympique de Tokyo et numéro un mondial, s'est incliné dès son premier tour de tableau principal, contre le Belge Neisser Loyola, 67e au classement (15-11). Alexandre Bardenet avait chuté au même stade, contre l'Allemand Marco Brinkmann (15-12). Et Alex Fava avait subi la loi de Tulen (15-11) en huitième de finale.

lire aussi

Toute l'actualité de l'escrime

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles