Lorenzo admet qu'un rôle d'essayeur Aprilia est une option pour 2021

Lewis Duncan
·3 min de lecture

Jorge Lorenzo a fait son retour chez Yamaha, avec qui il a gagné ses trois couronnes MotoGP, à l'hiver en tant que pilote d'essais officiel à la suite de sa retraite de la compétition en fin de saison passée. Cependant, en raison du COVID-19, l'Espagnol n'a eu que trois journées et demie de test depuis février au guidon de la M1 2019, sa récente sortie au Portugal ayant été raccourcie en raison de la nécessité pour la marque nippone de rapatrier du personnel après la mise à l'isolement de six membres au Mans, consécutive à un test positif.

Motorsport.com rapportait plus tôt cette semaine que le pilote Ducati sortant Andrea Dovizioso était en négociations avec Yamaha pour un rôle de pilote essayeur, la rumeur faisant état d'un possible départ de Lorenzo chez Aprilia. Dans une interview avec la publication espagnole AS, ce dernier a confirmé que l'équipe italienne était une option mais qu'il souhaitait rester avec Yamaha si cela était possible.

Lire aussi :

Dovizioso et Yamaha en négociations pour un poste de pilote d'essais

"Comme je l'ai dit il y a quelques semaines, je veux continuer en tant que pilote d'essais et ma première option est toujours Yamaha", a-t-il déclaré. "J'ai gagné avec eux et je me sens très bien avec la moto, mais il y a aussi des options. L'autre option, c'est Aprilia, oui. J'ai parlé avec Lin Jarvis [le patron de l'équipe Yamaha] et il m'a dit qu'il aurait bientôt des nouvelles du Japon sur le projet qu'ils voudraient mettre en place pour l'année prochaine, et j'attends ces nouvelles."

"[Yamaha] est ma priorité parce que l'équipe actuelle a toujours la priorité dans tous les cas, en raison du confort de déjà connaître les gens et de ce que j'ai accompli avec eux par le passé, car Yamaha est la seule usine dans laquelle j'ai été Champion MotoGP et car la M1 a toujours été une moto naturelle pour moi."

Le dernier test de Lorenzo avec la M1, au Portugal, l'a vu terminer à quatre secondes du rythme de l'Aprilia d'Aleix Espargaró. Mais il estime que baser sa forme sur ce roulage serait "une grosse erreur" car il s'agissait d'essais non prévus et il a allégé sa préparation, vu qu'il lui a été dit en juin qu'en raison du COVID-19 il ne courrait sans doute plus en 2020.

"En juin, quand nous étions en plein COVID, j'ai été informé par Yamaha qu'il n'y aurait sûrement plus de tests. Donc j'ai allégé mon entraînement car je ne savais pas ce que j'allais faire l'année prochaine et, si je continuais, je n'allais pas avoir d'autre test avant février. [Le directeur de l'équipe Yamaha Massimo Meregalli] m'a dit qu'il y avait ce test à Portimão pour se préparer à la course et j'ai commencé à m'entraîner du mieux que j'ai pu."

"Il restait peu de temps et je ne suis pas arrivé dans la meilleure forme et, en plus, je n'avais pas piloté de MotoGP depuis huit mois, et c'est une moto super extrême. Donc, vous perdez tout : votre rythme, vos réflexes, votre temps de réaction est plus lent et tant que vous ne retrouvez pas tout ça, il faut quelques jours d'acclimatation en MotoGP, [même quand] vous vous appelez Lorenzo, [Valentino] Rossi ou [Marc] Márquez."

Lorenzo estime également qu'il sera "impossible" pour Yamaha de trouver un pilote de test pouvant piloter la M1 aussi naturellement que lui.